Contrôle de l’action gouvernementale : L’ALT se forme sur les finances publiques

L’Assemblée législative de Transition (ALT) tient un séminaire sur les techniques d’examen des lois de finances, du 2 au 7 août 2022, à Ouagadougou, au profit des membres de la Commission des finances et du budget (COMFIB) et des représentants d’autres commissions.

Le président de l’ALT, Aboubacar Toguyeni : « il y a de nombreuses attentes à tous les niveaux et il revient à la COMFIB de faire un arbitrage ».

La mission d’examen et d’adoption des lois de finances exige de la représentation nationale des compétences dans ce domaine. Dans le but de se donner les moyens de mener à bien la mission à elle confiée, l’Assemblée législative de Transition (ALT) du Burkina organise une formation au profit des membres de la Commission des finances et du budget (COMFIB) et des représentants d’autres commissions, du 2 au 7 août 2022, à Ouagadougou. Pendant cinq jours, les participants seront mieux outillés sur les techniques d’examen des lois de finances dans toutes les rubriques (investissements, emprunts et capitaux). Au cours de cette session de renforcement de capacités qui se tient en prélude à la session budgétaire, les membres de l’ALT vont se familiariser avec la Loi de finances initiale (LFI), la Loi de finances rectificatives (LFR) et la Loi de règlement (LR). Ils vont aussi se plancher sur le budget programme, l’une des recommandations de l’UEMOA. Les différents aspects de la loi de finances seront décortiqués par deux administrateurs parlementaires, à savoir Evertin Yaro et Dr Idrissa Balboné.

Le président de la COMFIB, Yves Kafando, est convaincu que les expériences de ces deux cadres de l’administration parlementaire serviront à outiller suffisamment la commission pour faire face aux défis de l’examen efficace de la loi de finance, jusqu’au contrôle de son exécution dans un contexte de rareté de ressources. « Leurs riches expériences constituent, à n’en point douter, un avantage certain sur lequel pourra s’affermir le travail parlementaire au sein de la COMFIB », a-t-il laissé entendre. A l’occasion de cette formation, une première pour les députés de cette législature, le président de l’ALT, Aboubacar Toguyeni, a rappelé qu’il y a beaucoup d’attentes à tous les niveaux. D’où la nécessité de faire un arbitrage afin d’orienter les ressources vers les services prioritaires. Une charge qui, selon lui, revient à la COMFIB, qui a pour attribution, l’examen des textes se rapportant aux finances publiques, à l’économie, au budget, à la monnaie, aux crédits et à la loi de réhabilitation.

Mariam OUEDRAOGO

mesmira14@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.