Transparence dans le secteur minier : le rapport ITIE 2020 remis au ministre de l’Economie

Le ministre en charge de l’économie, Séglaro Abel Somé, (droite) recevant le rapport ITIE 2020 des mains du président du comité de pilotage de l’ITIE/BF.

Le comité de pilotage de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives au Burkina Faso (ITIE/BF) a remis officiellement son rapport 2020 au ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Séglaro Abel Somé, le lundi 8 août 2022, à Ouagadougou.

Chaque année, le comité de pilotage de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives au Burkina Faso (ITIE/BF) élabore un rapport qui retrace les revenus du secteur minier burkinabè. Dans cette dynamique, le rapport 2020, 12e du genre depuis l’adhésion du pays des Hommes intègres à l’ITIE, a été élaboré. Adopté par le comité de pilotage le 16 février 2022, la remise officielle dudit rapport au ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Séglaro Abel Somé, a eu lieu dans la matinée du lundi 8 août 2022, à Ouagadougou.

Selon le président du comité de pilotage de ITIE/BF, Nicolas Kobiané, l’adoption de ce rapport permet au Burkina Faso de satisfaire aux exigences de la norme ITIE 2019 et d’offrir aux gouvernants et aux populations, un ensemble d’informations crédibles sur le secteur extractif. A cet effet, il a ajouté que cette action traduit la volonté du pays de garantir la transparence et la bonne gouvernance du secteur minier. Aux dires de M. Kobiané, la principale innovation apportée dans le rapport ITIE 2020 est la prise en compte des sous-traitants pour une déclaration unilatérale.

« Le rapport couvre tous les flux issus de la fiscalité de droit commun dont le total de paiement dépasse les 10 millions F CFA ainsi que les flux liés aux prestations de services fournies par les établissements publics et aux revenus de capitaux », a-t-il indiqué. Le rapport, a-t-il ajouté, inclut les paiements sociaux, environnementaux ainsi que les paiements se rapportant à des éventuelles transactions de troc, sans application d’un seuil de matérialité. Par ailleurs, il a précisé que dans le cadre de l’élaboration du rapport 2020, 17 sociétés ont été retenues, dont 16 compagnies minières et une société d’Etat.

Un rapport fiable

Malgré un contexte sécuritaire difficile, a-t-il dit, le secteur minier burkinabè demeure résilient au regard de 62,74 tonnes d’or produites en 2020 contre 50,29 tonnes en 2019, soit une augmentation de 24, 76%. Au cours de la même année, l’industrie minière a contribué aux recettes de l’Etat à hauteur de 237 milliards F CFA, au PIB à plus de 1637 milliards F CFA et aux recettes d’exportation à environ 2 340 milliards F CFA contre 1 421 milliards F CFA en 2020, a détaillé le président du comité de pilotage de l’ITIE-BF.

En remettant le rapport ITIE 2020 au ministre en charge de l’économie, Nicolas Kobiané a souligné la nécessité mise en œuvre des recommandations contenues dans le document pour une amélioration du processus ITIE au pays des Hommes intègres. Le ministre Somé a réaffirmé la volonté du gouvernement d’œuvrer pour la bonne gouvernance du secteur minier à travers la mise à disposition des ressources nécessaires au SP/ITIE pour un meilleur accomplissement des tâches qui lui sont confiées.

Sur cet objectif, il a invité le comité de pilotage à rester dynamique en vue d’engranger davantage de bonnes performances. Il a également appelé la population à consulter ce rapport pour une meilleure appréciation de l’exploitation minière. De l’avis de Séglaro Abel, le rapport a été élaboré dans de bonnes conditions dans la mesure où il a été produit par une expertise indépendante regroupant un comité de pilotage équilibré, constitué des représentants de l’administration publique, de la société civile et de la Chambre des mines, dans le respect des critères internationaux.

« L’élaboration du rapport est un processus complexe mais renferme des informations intéressantes. Il est donc difficile de manipuler les informations de ce document », a soutenu le président du collège de la société civile au sein du comité ITIE, Jonas Hien. Il a invité les médias à relayer les informations contenues dans le rapport afin de permettre aux populations d’être mieux informées sur le fonctionnement du secteur minier burkinabè.

Mahamadi SEBOGO

Dô DAO, Moubaract KIEKIETA (Stagiaires)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.