Digitalisation des procédures douanières : la numérisation du Laisser-passer lancée

Le ministre en charge de l’économie, Abel Séglaro Somé (milieu) : « je vous invite à vous approprier ces outils digitaux pour le bien de l’économie nationale ».

Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Planification, Dr Séglaro Abel Somé, a lancé, le jeudi 4 août 2022, à Ouagadougou, au niveau de l’administration douanière, les versions informatisées du Laisser-passer mais aussi du certificat de mise à la consommation.

L’administration douanière veut maîtriser les flux en amont et mieux lutter contre la fraude, le faux et l’insécurité en aval. Dans cette dynamique, la direction générale des douanes a entrepris la digitalisation du Laisser-passer (LP) et le Certificat de mise à consommation (CMC). L’informatisation de ces deux documents font partie désormais du système douanier automatisé.

Le lancement officiel de leur entrée en service a eu lieu, le jeudi 4 août 2022 à Ouagadougou, sous la présidence du Ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective (MEFP), Séglaro Abel Somé. Pour lui, la digitalisation des procédures va permettre à son département et à l’ensemble de ses structures de performer, d’être plus efficaces et efficientes. « Elle permet aux usagers des services de notre ministère de gagner en temps et donc en argent car comme nous le savons bien, le temps c’est de l’argent », a-t-il indiqué.

Le directeur général des douanes, Adama Nana, a invité les importateurs et exportateurs de véhicules automobiles à une franche collaboration avec les différents services techniques et opérationnels des douanes impliqués dans la gestion des CMC et des LP pour une mise en œuvre réussie du projet.

« Seul on va vite, ensemble on va plus loin », a-t-il dit en citant un proverbe chinois. Il a aussi invité ses collaborateurs à donner le meilleur d’eux-mêmes en faisant en sorte que ce projet soit porteur de résultats et puisse permettre de suivre efficacement la situation des véhicules et autres engins ayant bénéficié des régimes suspensifs des droits et taxes liés au LP et au CMC.

Selon le chef de service informatique à la Direction des services informations et de la statistique (DSIS), Zakaria Ouédraogo, représentant l’équipe de conception des deux projets, il est désormais possible de renseigner les différentes informations, la photo du véhicule à l’appui et d’enregistrer de façon informatique au service des douanes, le LP au nom du propriétaire.

Concernant le CMC, la procédure commence par la création d’une déclaration. Le vérificateur et le chef de bureau doivent contresigner ce document. Le document est imprimé avec un code QR. Il est possible d’afficher la version originale du CMC en scannant ledit code. Aux dires du directeur des services informatiques et de la statistique de la DGD, Valentin Marius Rayaissé Songuida, le LP est un document délivré par les services douaniers pour permettre la libre circulation d’un véhicule étranger sur le territoire burkinabè.

Et ce document peut être renouvelé à tout moment si le délai arrive à terme. Le CMC est un acte délivré après le dédouanement d’un véhicule automobile. Le LP et le CMC viennent s’ajouter à une série de projets informatisés comme la Déclaration en douane unique (DDU), le Système de gestion informatisé du contentieux douanier (SYICOD), le transit douanier et l’interconnexion du système informatique douanier avec ceux des pays voisins, le Système douanier automatisé (SYDONIA) et le Système de liaison virtuelle pour les opérations d’importations et d’exportations (SYLVIE) et son interfaçage à SYDONIA.

Mahamadi SEBOGO

Issiaka DRABO, Irène Yasmine YAO (Stagiaires)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.