Soutien aux personnes vulnérables : le Premier ministre inaugure des infrastructures socio-collectives

Le Premier ministre, Albert Ouédraogo a inauguré des infrastructures socio-collectives avant de poser la première pierre de construction de logements au profit des déplacés internes et communautés-hôtes en situation de vulnérabilité, le samedi 13 août 2002 à Kaya.

Les délégations spéciales de Kaya, Kongoussi et Tougouri, dans la région du Centre-Nord et celle de Dori, chef-lieu de la région du Sahel ont officiellement reçu les clés de leurs infrastructures, d’une valeur estimée à 219 667 405 F CFA des mains du Premier ministre, Albert Ouédraogo, le samedi 13 août 2022 à Kaya. Il s’agit d’un bâtiment pour dispensaire, d’un bâtiment de deux salles de classes extensibles entièrement équipées, réalisés à Kaya (Sanmatenga), Dori (Séno) et Kongoussi (Bam), d’un bâtiment de maternité et un autre bâtiment de deux salles de classes extensibles équipées à Tougouri (Namentenga). En plus, huit blocs de latrines écologiques ont été réalisés dans chacune des villes bénéficiaires suscitées en accompagnement des infrastructures.

Le Premier ministre, Albert Ouédraogo (gauche), a remis officiellement la Charte de la Transition aux PTF en guise de sollicitation.

Financées par l’Union européenne (UE) et mises en œuvre par le Programme des Nations unies pour les établissements humains (ONU-HABITAT), ces réalisations s’inscrivent, selon le patron de la Primature, dans le cadre du projet : « Renforcement de la résilience des collectivités territoriales du Burkina Faso face aux déplacements massifs des populations et à la pandémie du COVID-19 ». A l’issue de la cérémonie de remise d’infrastructures, le chef du gouvernement a posé la première pierre des travaux de construction de 312 unités de logements dont 100 à Kaya, 100 à Tougouri, 57 à Kongoussi et 55 à Dori. A entendre le ministre de l’Urbanisme, des Affaires foncières et de l’Habitat, Boukary Sawadogo, ces cités communales qui seront équipées de systèmes complets d’Adduction d’eau potable simplifiée (AEPS) au profit des Personnes déplacées internes (PDI) et des communautés-hôtes seront bientôt réalisées. « Ces actions entamées s’inscrivent dans la volonté du ministère en charge de l’urbanisme d’œuvrer de concert avec les autres départements ministériels à une concrétisation de la vision de l’urbanisme de crise afin de répondre, d’une manière intégrée, aux conséquences de la crise sécuritaire qui est devenue aussi une crise urbaine », a-t-il soutenu.

Renforcer les capacités d’accueil des PDI

Pour lui, la réalisation de ces infrastructures, loin de répondre aux besoins de plus en plus pressants et importants, s’inscrit dans une démarche d’expérimentation d’une vision holistique de création d’unités fonctionnelles de vie, de bassins de vie viables où les populations bénéficiaires et riveraines, en particulier les enfants et femmes, accéderaient à des prestations de services publics en matière d’eau potable, de santé, d’éducation et d’assainissement. Tour à tour, les représentants des Partenaires techniques et financiers (PTF) ont exprimé leur satisfaction quant à l’aboutissement de cet important projet de résilience qui améliorera de façon efficace les conditions de vie des populations hôtes et déplacées internes. Après la coupure symbolique du ruban des salles de classe à l’école du secteur 2 et de la visite guidée du dispensaire du même secteur, le Premier ministre a également visité un chantier de construction d’abris pour PDI sur fonds propres de l’Etat. Selon lui, l’objectif est de renforcer les capacités du gouvernement en termes d’accueil des PDI. De ce fait, il a apprécié positivement le niveau d’exécution de ce projet qui concerne 600 abris sur un domaine de 4 hectares. A écouter le ministre de la Solidarité nationale et de l’Action humanitaire, Lazare Zoungrana, ces abris d’urgence de type sahélien peuvent accueillir chacun un ménage de sept personnes maximum.

Augustin Irwaya OUEDRAOGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.