République populaire de Chine : pourquoi Taïwan fait partie de la Chine

Ce texte d’une importance historique explique dans des détails précis que Taïwan est une partie intégrante de la Chine. La souveraineté et les frontières territoriales inhérentes de la Chine n’ont pas changé. Le gouvernement de la République populaire de Chine jouit et exerce pleinement la souveraineté de la Chine, y compris la souveraineté sur Taïwan.

Taïwan appartient à la Chine depuis l’Antiquité. Cette assertion a une base solide dans l’histoire et la jurisprudence. De nouvelles découvertes et recherches archéologiques continuent de démontrer les liens historiques et culturels profonds entre les deux rives du détroit de Taïwan. Un grand nombre de livres et de documents historiques enregistrent le développement précoce de Taïwan par le peuple chinois.

En 230 après JC, le premier récit de Taïwan a été écrit par Shen Ying de l’Etat de Wu pendant la période des Trois Royaumes. Le gouvernement de la dynastie Sui a envoyé des troupes à trois reprises à Taïwan, qui s’appelait alors “Liuqiu”. A partir des dynasties Song et Yuan, les gouvernements centraux de toutes les dynasties en Chine ont mis en place des organes pour exercer leur juridiction administrative sur Penghu et Taiwan. En 1624, des colonialistes hollandais ont envahi et occupé la partie sud de Taiwan. En 1662, le héros national Zheng Chenggong expulsa les colons hollandais pour récupérer Taïwan.

Par la suite, le gouvernement Qing a progressivement étendu ses agences administratives à Taïwan. En 1684, une administration de la préfecture de Taiwan a été mise en place sous la juridiction de la province du Fujian. En 1885, Taïwan a été rétablie en tant que province, à l’époque la 20e province de Chine. En juillet 1894, le Japon lança la guerre d’agression contre la Chine et, en avril de l’année suivante, força le gouvernement Qing vaincu à céder Taïwan et les îles Penghu. Lors de la guerre de résistance du peuple chinois contre l’agression japonaise (1931-1945), les communistes chinois ont clairement mis en avant l’idée de récupérer Taïwan.

Le 15 mai 1937, lors de sa rencontre avec le journaliste américain Nym Wales, Mao Zedong déclara que l’objectif de la Chine était de remporter une victoire finale dans la guerre – une victoire qui récupérerait les territoires chinois occupés dans le Nord-Est de la Chine et au sud du Shanhaiguan, et assurerait la libération de Taïwan. Le 9 décembre 1941, le gouvernement chinois a publié une déclaration de guerre contre le Japon, déclarant que “Tous les traités, accords et contrats impliquant des relations entre la Chine et le Japon seront abolis” et a annoncé qu’il reprendrait Taïwan et les îles Penghu.

Le 1er décembre 1943, les gouvernements de la Chine, des Etats-Unis et du Royaume-Uni ont publié la Déclaration du Caire, annonçant que le but des trois pays était de restituer les territoires que le Japon avait volés à la Chine, tels que le Nord-Est de la Chine, Taïwan et les îles Penghu. Le 26 juillet 1945, la Chine, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont signé conjointement la Déclaration de Potsdam, à laquelle s’est jointe plus tard l’Union soviétique, réaffirmant que “les conditions de la Déclaration du Caire seront mises en œuvre”.

En septembre de la même année, le Japon a signé les “ Actes de capitulation du Japon “, promettant d’exécuter de bonne foi les clauses de la Déclaration de Potsdam “. Le 25 octobre, le gouvernement chinois a annoncé qu’il “reprenait l’exercice de la souveraineté sur Taïwan “ et a organisé à Taipei la Cérémonie d’acceptation de la reddition du Japon pour la province de Taïwan, dans la zone de guerre des Etats alliés en Chine. Ainsi, grâce à une série de documents à valeur juridique internationale, la Chine a regagné Taïwan de jure et de facto. Le 1er octobre 1949, la République populaire de Chine a été fondée, remplaçant la République de Chine en tant que seul gouvernement légal représentant l’ensemble de la Chine.

Il s’agit d’un changement de régime à condition que la Chine, sujet du droit international, n’ait pas changé. La souveraineté et les frontières territoriales inhérentes de la Chine n’ont pas changé. Le gouvernement de la République populaire de Chine jouit et exerce pleinement la souveraineté de la Chine, y compris la souveraineté sur Taïwan. En raison de la guerre civile chinoise et de l’ingérence de forces extérieures, les deux rives du détroit de Taïwan sont tombées dans un état spécial de confrontation politique à long terme. Cependant, la souveraineté et le territoire de la Chine n’ont jamais été divisés et ne le seront jamais. Le statut de Taïwan en tant que partie du territoire chinois n’a jamais changé et ne changera jamais.

En octobre 1971, la 26e Assemblée générale des Nations unies adopte la résolution 2758, qui décide : “le rétablissement de la République populaire de Chine dans tous ses droits et la reconnaissance des représentants de son gouvernement comme les seuls représentants légitimes de la Chine à l’organisation des Nations unies.” Par la même résolution, l’Assemblée générale décida “l’expulsion immédiate des représentants de Tchang Kai-shek du siège qu’ils occupent illégalement à l’Organisation des Nations unies et dans tous les organismes qui s’y rattachent.”

Cette résolution a réglé une fois pour toutes les questions politiques, juridiques et procédurales de la représentation de l’ensemble de la Chine, y compris Taïwan, à l’ONU. Elle a aussi clarifié, étant donné que la Chine n’a qu’un seul siège aux Nations unies, qu’il n’y a pas de “deux Chines” ou “une Chine, un Taïwan”. Par la suite, les agences spécialisées compétentes des Nations unies ont rétabli le siège légitime dont jouissait la République populaire de Chine et expulsé les « représentants » des autorités taïwanaises au moyen de résolutions formelles, telles que la résolution 25.1 adoptée par la 25e Assemblée mondiale de la santé en mai 1972.

L’avis juridique officiel du Bureau des affaires juridiques du Secrétariat de l’ONU stipule clairement que « Taïwan, en tant que province de Chine, n’a pas de statut indépendant » et que « les autorités taïwanaises ne bénéficient d’aucune forme de statut gouvernemental ». En pratique, le titre utilisé par les Nations unies pour Taïwan est « Taïwan, Province de Chine ». La résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations unies est un document politique qui incarne le principe d’une seule Chine dont la pratique internationale a pleinement confirmé la validité juridique et qui ne peut être mal interprétée. Taïwan n’a aucun motif, raison ou droit d’adhérer à l’ONU ou à toute autre organisation internationale dont l’adhésion est réservée aux Etats souverains.

Il n’existe qu’une seule Chine dans le monde, Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois et le gouvernement de la République populaire de Chine est l’unique gouvernement légal représentant toute la Chine, tel est le contenu central du principe d’une seule Chine. A l’heure actuelle, 181 pays ont établi des relations diplomatiques avec la Chine sur la base du principe d’une seule Chine. Les faits historiques et juridiques selon lesquels Taïwan fait partie de la Chine sont indiscutables. Taïwan n’a jamais été un Etat. Son statut en tant que partie de la Chine est inaltérable. Toute tentative de déformer ces faits et de contester ou de nier le principe d’une seule Chine se soldera par un échec.

Ambassade de la République populaire de Chine au Burkina

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.