4e forum des medias sur le VIH : « Rappeler aux gens que le VIH/SIDA est toujours là, pourtant on peut l’éliminer », directrice régionale de l’ONUSIDA, Berthilde Gahongayire

Les membres du REMAPSEN prêts à jouer leur partition dans la relance de la lutte contre le VIH.

Le 4e forum des medias sur le VIH organisé par le Réseau des medias africains pour la promotion de la santé et de l’environnement (REMAPSEN) et ses partenaires dont l’ONUSIDA a clôturé ses travaux à Dakar au Sénégal, le 10 novembre 2022. Les différents acteurs s’accordent sur l’urgence de relancer la lutte contre le VIH en Afrique de l’ouest et du centre. 

Au terme de trois jours de travaux, la quarantaine de participants ont actualisé leur connaissance sur le VIH.  Ils se sont séparés sur une note de satisfaction et d’interpellation à s’investir davantage dans la lutte contre le VIH/sida qui est toujours présent. 

Selon le rapport mondial actualisé sur le sida, « En danger », chaque jour, dans le monde, 4 000 personnes dont 1 100 jeunes (âgés de 15 à 24 ans) sont infectés par le VIH. En 2021, 650 000 personnes sont mortes de causes liées au sida, soit une personne par minute.  

La directrice régionale de l’ONUSIDA pour l’Afrique de l’ouest et du centre, Berthilde Gahongayire : «  … on peut éliminer le VIH/SIDA comme un problème de santé publique ».

« Garder le VHI dans les agendas. Si on l’oublie les acquis disparaissent. Rappeler aux gens que le VIH/sida est toujours présent pourtant on peut l’éliminer comme un problème de santé publique », a interpelé la directrice régionale de l’ONUSIDA, Berthilde Gahongayire à la clôture du 4è forum des médias sur le VIH. 

Les acteurs s’inquiètent de l’augmentation continue des nouvelles infections par le VIH qui pourraient arrêter les progrès réalisés pendant 40 ans de lutte. 

Pour le président du comité exécutif du Réseau des médias africains pour la promotion de la santé et de l’environnement (REMAPSEN), Youssouf Bamba, les journalistes membres de son réseau sont capables de gérer des projets de communication médiatique à l’échelle nationale et régionale sur le VIH/SIDA.   

Il a réaffirmé la volonté de son réseau à renforcer   l’accompagnement médiatique des institutions nationales et internationales, dans l’atteinte de leurs objectifs, au bénéfice des populations. 

Le président du comité exécutif du REMAPSEN, Bamba Youssouf (à.g) : « Les journalistes membres de son réseau sont capables de gérer des projets de communication médiatique à l’échel national et régional sur le VIH/SIDA ».

« Il est absolument nécessaire, dit-il, de relancer la dynamique de la lutte contre le sida, comme ce fût le cas par le passé ». 

Et pour cela, les médias veulent s’impliquer davantage dans la lutte contre le sida en tant qu’acteurs, au même titre que toutes les organisations de la société civile. Ainsi, les médias peuvent bien poser, discuter, analyser les questions de financement, la stigmatisation et de la discrimination, la disponibilité des services liés au VIH. 

«Ensemble, engageons-nous pour relever les défis liés au VIH/SIDA par une meilleure communication médiatique », a conclu M Bamba.

Boureima SANGA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.