Amélioration de la qualité de l’éducation : bientôt des manuels d’anglais pour les classes de 4e et 3e

Le ministre en charge de l’éducation, Lionel Bilgo (micro), a salué l’initiative de la conception à l’interne des manuels scolaires.

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Lionel Bilgo, a présidé, le lundi 11 juillet 2022, à Manga, la cérémonie de lancement de l’atelier d’élaboration des référentiels en vue de l’édition de nouveaux manuels d’anglais des classes de 4e et 3e et de leurs guides pédagogiques.

Après la rédaction des manuels d’anglais des classes de 6e et 5e, le Ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (MENAPLN) a enclenché le processus d’édition de ceux de 4e et 3e et de leurs guides pédagogiques. Le ministre de tutelle, Lionel Bilgo, a, en effet, procédé, le lundi 11 juillet 2022, à Manga, dans la région du Centre-Sud, au lancement officiel desdits travaux.

Il a expliqué que l’édition des nouveaux manuels vise à pallier le bas niveau du ratio manuel scolaire/élève, actuellement de 4,3 manuels par élève au post-primaire et 4,9 manuels par élève au secondaire contre des cibles respectives de 7,5 manuels et de 8 manuels par élève. A écouter le directeur général du Centre national des manuels et fournitures scolaires (CENAMAFS), Richard Guillaume Toni, pour cette phase, le processus se fera, de façon endogène, avec une expertise locale du MENAPLN.

Cette démarche, a-t-il fait savoir, tranchera avec les précédentes qui ont abouti à l’édition de manuels le plus souvent édités à l’extérieur du pays. « Ce sera une première d’éditer de façon endogène c’est-à-dire que les manuels seront écrits par des enseignants et des encadreurs et ensuite la Direction générale de la qualité de l’éducation formelle va se charger de transformer ces manuscrits en manuels », a-t-il dit. Il a poursuivi en soulignant qu’en perspective, il est envisagé le même processus dans d’autres disciplines des autres classes et ce, dans l’optique toujours « de mettre à la disposition des élèves des manuels qui contiennent des informations relatives à leur vie de tous les jours ».

Le ministre en charge de l’éducation a aussi relevé la « plus-value » de cette démarche d’élaboration de manuels « made in Burkina » et « made by Burkina ». Lionel Bilgo a soutenu que cela aura surtout l’avantage « de permettre d’accéder enfin à une certaine forme d’autonomie dans la conception des manuels scolaires au niveau national ». Revenant sur l’atelier de Manga, le directeur général du CENAMAFS a confié que les travaux vont s’articuler principalement autour de l’élaboration des cahiers des charges entrant dans le cadre de l’édition des manuels envisagés.

D’autres sessions sont aussi en vue, a-t-il ajouté, qui concerneront, entre autres, la structure, le format, les contenus et la présentation desdits manuels. L’édition complète des deux manuels et leurs guides pédagogiques vont coûter environ 70 à 80 millions F CFA, a fait savoir Richard Guillaume Toni.

Mamady ZANGO

Rasmané OUEDRAOGO (Collaborateur)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.