Procès du putsch : « Diendéré avait dit le vin est tiré, il faut le boire », Mgr Paul Ouédraogo

A la barre du tribunal militaire, le mercredi 6 mars 2019, monseigneur, Paul Ouédraogo, l’Archevêque de Bobo–Dioulasso, a donné son témoignage sur les faits du putsch manqué.

A son deuxième jour d’audition, face aux accusés Hamidou Pagbelem, Mahamadou Bouda et Roger Koussoubé, le témoin Jérémie Ilboudo a réaffirmé, le mercredi 6 mars 2019 que c’est le sergent-chef, Bouda qui aurait arraché et ramassé le matériel à la radio savane FM. « D’ailleurs, ils ont tenu des propos discourtois à l’endroit du promoteur Zida », a-t- il indiqué. Mais l’accusé a dit s’abstenir de tout commentaire, car il ne se reconnait pas dans ces faits et il s’en tient à ses déclarations. « Je n’ai rien arraché », a-t-il soutenu.

Contrairement, le sergent Koussoubé, lui, a confirmé les dires du témoin. « Ce sont les militaires qui ont non seulement forcé la maisonnette où se trouvait le dispositif, mais aussi ramassé le matériel sous l’ordre du colonel Deka Mahamadi. Les techniciens de l’ARCEP ont retiré la clé USB qui émettait » a-t-il renchéri. Pour l’avocat de la défense, Me Timothée Zongo, le témoin a peur de dire la vérité, sinon ce sont eux (les techniciens) qui avaient les compétences nécessaires pour faire ce travail, autrement leur présence ne serait d’aucune utilité en ces lieux.

Et M. Ilboudo de rétorquer qu’il n’a aucune raison de mentir. « J’ai dit ce que j’ai vu et fait » a-t-il précisé. Et comme par pur coïncidence, ce 6 mars 2019, jour qui marque le début du carême chrétien, l’homme de Dieu, Monseigneur Paul Ouédraogo est passé à la barre pour donner sa version des faits au moment du putsch. L’archevêque de Bobo-Dioulasso était en route pour Ouagadougou, pour assister à une réunion de la conférence épiscopale Burkina-Niger, lorsqu’il a reçu un appel du directeur de cabinet de la Présidence du Faso, l’informant de l’arrestation des autorités de la Transition.

Peu après, c’est le CEMGA, Pingrenoma Zagré qui l’a appelé pour lui rendre compte de la situation et souhaité entrer en contact avec le cardinal. « Le cardinal est en mission aux USA. Il m’a donc demandé de venir participer à la résolution de la énième crise des soldats du RSP. Je suis arrivé au ministère de la Défense vers 21h15mn. Lorsque je suis rentré dans la salle, le général Diendéré faisait un compte rendu d’une mission qu’on lui avait confiée. Le général Zagré l’a coupé pour me présenter et après le Diendere a poursuivi son récit », a expliqué Mgr Paul Ouédraogo. Il a précisé que c’est l’ex-CEMGA, le Gal Zagré qui l’a dit que Diendéré rendait compte d’une mission avec les soldats.

De ce que l’archevêque a entendu, il est ressorti que les éléments de l‘ex-RSP ne voulaient plus faire marche arrière et que Diendéré souhaitait que l’assistance entérine l’arrestation des autorités. Ensuite, il a été question d’aller rencontrer les soldats au camp Naaba Koom II. « Pendant qu’on se préparait pour y aller, le général Diendéré a suggéré devancer la délégation en vue de préparer les soldats et faire venir une escorte pour nous », a raconté l’archevêque de Bobo-Dioulasso.

Des sages menacés par des soldats

Une fois au camp, les éléments de l’ex-RSP ont opposé un refus catégorique et tenu des propos discourtois à l’endroit des médiateurs. « Ça suffit ! On ne veut plus de négociation. Il suffit qu’on lance deux grenades et ce n’est pas sûr que vous sortiez d’ici en vie. Il faut dire à vos jeunes, de ne pas s’approcher car même s’ils viennent à 700, ils seront tous descendus », a relaté Mgr Ouédraogo, au sujet des menaces proférées à leur encontre.

A entendre les putschistes, foi de l’homme de Dieu, le problème fondamental était l’exclusion. Pourquoi ne les avoir pas rappelés à l’ordre?, a interrogé le parquet. « Nous étions dans une situation anormale. Et chaque soldat à chercher à donner son avis de la situation », a répondu le général Diendéré. Face à cette attitude, l’ex-président, Jean Baptiste Ouédraogo, leur a donc demandé si le coup de force était consommé. Ceux-ci ont répondu « oui ».

Alors la délégation a pris congé d’eux. De retour au ministère de la Défense, l’ex-CEMGA a déclaré qu’il n’est pas question de faire un coup d’Etat, car il a été nommé pour travailler à l’unité de l’armée, à la ramener à sa fonction républicaine. Et le général Diendéré de solliciter et d’insister sur l’accompagnement de l’armée, car, pour lui, il n’était pas question de laisser les jeunes soldats assumer cette situation. « Il y aurait des dérapages », a-t-il soutenu.

C’est en ce moment que le colonel major, Mamadou Traoré, a cherché à mieux comprendre la requête du général. Celui-ci a indiqué qu’une déclaration est en rédaction au camp. « Nous l’avons donc suggéré de la faire venir pour lecture. Le capitaine Dao a été envoyé avec ledit papier. Après sa lecture, j’ai fait constater qu’il s’agissait d’une proclamation et l’ex–président de préciser qu’il manque seulement la continuité des services par les SG de ministères et le signataire. J’ai fait comprendre à Diendéré qu’un coup d’Etat ne passera pas ni au niveau national ni international », a martelé le témoin.

Et le principal accusé de répliquer : «  Le vin est tiré, il faut le boire. J’assume », a témoigné l’homme d’église. C’est dans la journée du 17 septembre que Mgr a su qu’en réalité, Diendéré est le signataire de la proclamation. Face à ce témoignage, le général a signé et persisté qu’il a assumé le coup de force avec le soutien de l’armée. « La situation était électrique, un coup de feu pouvait conduire à un carnage et mettre la vie des otages en danger », a fait observer l’archevêque.

De l’avis du parquet militaire, il aurait été plus facile pour l’accusé de rétablir la normalité en exigeant la libération des otages, si tant est qu’il n’a pas ordonné leur arrestation. « Cette solution a été envisagée, mais a fait face à un échec cuisant de la part des soldats», a répondu Diendéré. Pour Me Dieudonné Boukoungou de la défense, les déclarations du témoin sur les va-et-vient du général avant son arrivée au ministère de la Défense ne peuvent être retenues dans la mesure où Mgr a ouïe dire.

Si le Gal avait demandé aux soldats de résister, cela ressortirait dans les témoignages, a estimé Me Bonkoungou. Me Yelkouni, toujours de la défense, a surtout révélé trois versions différentes sur les rencontres entre Diendéré et la troupe, pour préparer la venue des sages. « En réalité, cette mission n’a jamais existé », a-t-il affirmé. Mgr Paul Ouédraogo, qui a participé à la résolution des crises précédentes du RSP, avait-il des appréhensions ?

L’homme de Dieu a répondu par la négative. Il a dit comprendre les frustrations au sein du corps, mais que cela ne légitimait pas l’acte posé. Et Me Mamadou Sombié de l’implorer, afin qu’il « prie pour la brebis qui souffre dans sa chair ».

Fleur BIRB
Djakaridia SIRIBIE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.