Accès à l’eau dans la région du Centre-Sud : les barrages de Guidissi et de Ipelcé dans six mois

Le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Ambroise Niouga Ouédraogo a lancé officiellement, le jeudi 14 mars 2019, les travaux de construction des barrages de Guidissi dans la commune rurale de Doulougou et de la commune rurale de Iplecé, dans la région du Centre-Sud.

Le rêve des populations de Guidissi dans la commune rurale de Doulougou et celles de la commune rurale de Ipelcé de disposer d’un barrage est en passe de devenir une réalité. En effet, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Ambroise Niouga Ouédraogo a lancé officiellement les travaux de construction de ces barrages, le 14 mars 2019, dans la région du Centre-Sud. Ces ouvrages auront une capacité de retenue d’eau respectivement de 1 300 000 m3 et de 1 200 000 m3. La réalisation de ces infrastructures va coûter près de 2 900 000 000 F CFA soit 1 440 000 000 FCFA pour Guidissi et 1 460 000 000 F CFA pour Ipelcé, financée par le budget de l’Etat pour des délais d’exécution de six mois. D’une longueur de plus de 1000 m avec une hauteur, hors fondation, de 8 m chacun, ces infrastructures sont à la charge du groupement d’entreprises JOC-ER/GESEBB avec pour bureau de contrôle des travaux, les groupements GERTEC/IGIP et le cabinet SERAT. A entendre le représentant du groupement d’entreprises JOC-ER/GESEBB, David Zoungrana, le chantier a déjà démarré pour la réalisation desdits barrages dans les deux localités afin de pouvoir les livrer à bonne date. «La tranchée du barrage de Guidissi est presque terminée.

Le nettoyage des cuvettes et la construction des digues sont déjà réalisés», a-t-il indiqué. Ces ouvrages, a expliqué David Zoungrana, sont à usage multiple, car sur les rives de ces retenues d’eau, le maraîchage en contre-saison, l’irrigation d’appoint, la pisciculture et des activités pastorales seront menés. «Ce sont plus de 80 exploitants qui travailleront sur ces sites. Ce qui va générer des revenus en milieu rural pour les jeunes et les femmes et aussi fixer la main-d’œuvre», a souligné le ministre Ambroise Niouga Ouédraogo. Il a ajouté que la construction de ces barrages va aussi recharger la nappe phréatique des localités pour permettre aux populations d’avoir facilement accès à l’eau quand elles voudront construire des puits. Pour le chef du département de l’Eau et de l’Assainissement, ces retenues d’eau étaient très attendues par les populations, car elles leur avaient été promises depuis plus de quatre décennies. «Et aujourd’hui c’est chose faite», s’est-il enorgueilli.

Des pourvoyeurs d’emplois

Selon lui, les études ont été réactualisées en ce sens que les premières datent de 2003 et 2005. «Nous sommes satisfaits que la promesse du président du Faso, faite lors de sa tournée de campagne se concrétise. Cette action montre l’engagement du gouvernement à développer le pays», a-t-il rappelé. Ambroise Niouga Ouédraogo a toutefois insisté sur le respect des délais des travaux. Il a par ailleurs invité la population à prendre soin de ces joyaux une fois finis pour leur bien-être. Pour le 1er adjoint au maire de la commune rurale de Doulougou, Léonard Compaoré et celui de Ipelcé, Herman Kabré, ces retenues vont offrir des emplois à la jeunesse et aux femmes. Ce qui va contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire. A cet effet, les premiers responsables des communes ont promis mettre en place un comité de
gestion pour assurer la survie des barrages.

Fleur BIBRA
fleurbirba@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.