?????????

Le président de la Confédération paysanne du Faso (CPF)  Bassiaka Dao  est un   producteur modèle qui défend les intérêts  des siens à chaque Journée nationale du paysan (JNP). Portrait  d’un acteur qui a consacré toute son existence à l’épanouissement du monde rural.  

Agriculteur passionné et engagé, Bassiaka Dao  est un natif   de Bobo-Dioulasso où il a fait l’école primaire et le collège. Son  engagement et sa passion sont  reconnus par sa famille et ses pairs. Ainsi  pour  le Coordonnateur national  des programmes de la fédération des professionnels agricoles du Burkina  Athanase Birba, il est un acteur dynamique et aime son domaine  qu’est l’agriculture. Dès l’âge de  16 ans, M Dao  a obtenu   son BEPEC et  a  décidé  en 1966 d’abandonner  les études  pour s’installer comme son père en tant  que producteur.  C’est aux côtés de son géniteur également  qu’il s’engage dans le monde des organisations  paysannes en devenant secrétaire au sein  de l’Union régionale des coopératives agricoles et maraichères du Burkina Faso. En 1968 il bénéficie  d’une formation sur les cultures maraichères en France. De nouvelles compétences qu’il mettra au service de la coopérative  en acceptant le poste d’administrateur dans les années 1990 marquées par  le désengagement  de l’Etat vis-à-vis  du monde paysan. C’est en ce moment que  les acteurs du secteur agricole prennent conscience de la nécessité de mieux  s’organiser pour relever les défis qui se présentent à leur domaine d’activité. Bassiaka Dao et ses pairs vont alors mettre en place plusieurs structures dont la Fédération des professionnels agricoles du Burkina (FPAB). Cette Fédération  créée en 1997 avait pour  ambition de professionnaliser  les producteurs en les fournissant entre autre la formation, le conseil et l’approvisionnement  en intrants. Des fonctions qui étaient auparavant assurées  par l’Etat. En 1998 plusieurs organisations paysannes mettent en place un cadre  de concertation des organisations faitières afin d’avoir un interface privilégiée  avec les différents partenaires que sont l’Etat et les bailleurs de fonds. A l’issue d’un congrès paysan à, Bobo-Dioulasso en 2002 le cadre de concertation des organisations faitières  va évoluer pour aboutir à la création de la Confédération paysanne du Faso(CPF) qui  se veut un cadre formel d’échanges entre structures paysannes et une organisation représentative auprès  de l’Etat. Elle est  présidée par Bassiaka Dao. Ce dernier  est également  membre du Conseil d’administration du Réseau des organisations paysannes et des producteurs de l’Afrique de l’ouest. Bassiaka Dao sillonne le Burkina  Faso et  le monde pour défendre la cause et  les intérêts des producteurs. Pour cela Il a  pris part à plusieurs rencontres  internationales parmi lesquelles on peut citer  la 4e édition de la semaine  mondiale des Sols en 2017 à Berlin en Allemagne, le Séminaire société civile, ONG sur l’initiative Agir  et  la résilience au sahel  et en Afrique de l’ouest à Milan en Italie. Et la COP 21  sur les changements climatiques à Paris en France  en 2015. Absorbé par  cette mission de représentation  de sa communauté, Basiaka Dao est un homme à  l’agenda chargé mais il trouve le temps de s’occuper avec ses quelques 18 enfants de son exploitation agricole de 40 hectares.  La famille Dao produit essentiellement du maïs   et pratique la culture maraichère.

Evariste  YODA

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.