ASCE-LC : Plaidoyer pour l’adoption de neuf décrets en souffrance

Le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en audience, le vendredi 24 mai 2019 au palais de Kosyam, une délégation du Conseil d’orientation de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC).

Mis en place en mars 2018, le Conseil d’orientation de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) s’est présenté au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le vendredi 24 mai 2019 et lui a fait part de ses attentes quant à l’adoption de neuf projets de décrets en souffrance. Attentif à la question, le chef de l’Etat a promis «d’actionner les manettes le même jour». «Dans la mesure où l’adoption d’un certain nombre de textes est attendue depuis quelques temps, il est normal que nous venions voir le président du Faso afin d’avoir des avancées. Nous repartons vraiment contents, car le président du Faso nous a rassurés qu’il mettra tout en œuvre pour que les dossiers puissent être traités», a déclaré le président du Conseil d’orientation, Désiré Dieudonné Yaméogo, à l’issue de l’entrevue. Au sujet de l’objet des futurs textes, le président de la structure a fait cas du régime juridique applicable aux emplois au sein de l’ASCE-LC, de l’organisation et du fonctionnement de celle-ci, du projet de création de fonds d’intervention compte tenu de la spécificité de l’institution et de la rémunération des agents.
A cela s’ajoutent la fixation du quantum sur les avoirs recouvrés par l’autorité indépendante et la procédure de recrutement du contrôleur général d’Etat, deux questions qui se dégagent de la dernière session du Conseil d’orientation aux dires du chef de la délégation. Revenant sur l’organe qu’il dirige, Désiré Dieudonné Yaméogo a confié que c’est une sorte de conseil d’administration à composition tripartite : le secteur public avec trois représentants, autant pour celui privé et enfin les organisations de la société civile et celles des médias avec aussi trois délégués. Le conseil examine les dossiers administratifs produits par le contrôleur général d’Etat qu’il recrute, les rapports d’activités, les projets de budget et de textes. Il sanctionne le premier responsable de l’ASCE en cas de manquement.

Jean Philibert SOME

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.