L’Institut supérieur d’études de protection civile (ISEPC) a organisé la cérémonie de fin de formation initiale des officiers sapeurs-pompiers, session 2019, le 11 juillet dernier à Ouagadougou. Après cinq mois de formation, 23 stagiaires (sur 24) ont été déclarés aptes à remplir la fonction de chef de grade incendie et ont reçu leurs parchemins.

Issus de 13 pays d’Afrique, 24 stagiaires dont 3 Burkinabè ont débuté des cours de formation initiale des officiers de sapeurs-pompiers, le 11 février 2019 à l’Institut supérieur d’études de protection civile (ISEPC). Cinq mois plus tard, 23 d’entre eux ont été déclarés dignes du grade incendie, après les évaluations certificatives. La cérémonie officielle de fin de formation s’est déroulée, le mercredi 11 juin 2019 au sein de l’Institut.

Les résultats communiqués par le directeur de cours, le lieutenant, Jean Charles Tampanga, font état d’un taux de réussite de 95,83% pour une moyenne générale de 14,60 sur 20. Avec 16,76 de moyenne sur 20, le sous-lieutenant, Pascal Benoît Oulé, du Burkina Faso, major de la promotion, s’est dit fier et surtout enrichi des connaissances acquises qui lui permettront de participer activement à la protection des personnes et à la sauvegarde de leurs biens. Par la voix de leur délégué, les stagiaires ont promis de cultiver la bonne volonté, l’abnégation et la détermination pour faire face aux demandes de secours des populations. Ce fut d’ailleurs l’un des conseils formulés à leur endroit par leur parrain, le général de brigade, commandant la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP) du Sénégal, Mor Seck. «Quand on travaille sur des vies humaines, on n’a pas droit à l’erreur. Vous devez maîtriser parfaitement votre profession ainsi que les évolutions constantes. Il vous faut vous remettre toujours en cause et travailler pour atteindre un certain automatisme dans le cadre des activités opérationnelles», leur a-t-il conseillé.

Le général Seck a, par ailleurs, salué l’excellence des relations entre les BNSP du Burkina Faso et du Sénégal. «Depuis la création de l’école, le Sénégal a toujours envoyé des stagiaires. Cette promotion a reçu trois éléments et un officier sénégalais a participé à l’encadrement», a-t-il souligné. Le Directeur général (DG) de l’ISEPC, le colonel Abel Koudougou Zongo a, pour sa part, traduit sa reconnaissance aux partenaires de l’Institut qui collaborent avec près de 29 pays africains. Le colonel Zongo a remercié les autorités burkinabè pour leurs efforts à améliorer les conditions de vie et d’apprentissage des stagiaires.

Il a également salué la coopération française qui participe activement au contenu des formations dispensées à travers le directeur des études, Xavier Bachelot et son adjoint Jean Claude Soyer. Il a, en sus, exprimé sa reconnaissance au commandant de la BNSP, qui a décidé de rendre opérationnel le centre de secours, proche de l’institut, en 8e compagnie. «La proximité fait que les stagiaires sont dans l’immersion et apprennent mieux», a-t-il indiqué.

Fabé Mamadou OUATTARA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.