J’aimerais effacer le tableau de haine qui peine et dessiner des châteaux de chrysanthèmes

J’aimerais panser les cœurs en pleur qui battent en chœur au rythme de la rancœur qui gemme

Sur les armures et les murs qui endurent les coups, j’aimerais enduire les cuirasses de crème

Au bout des canons qui tonnent sur les hécatombes, juste quelques pétales pâles en diadème

Je rêve d’un monde où les couleurs se confondent pour être fécondes et rayonner à la ronde Je rêve d’un monde sans propriétaire, où le serf austère se sert de la terre sans user de fronde

Je rêve du plus fort qui reconnaît son tort et se tord de remords au pied de son mirador

Je rêve du téméraire qui défie le cerbère amère dans son repaire, sans arme ni labrador Le cœur des hommes est rempli d’amertume et de rancune, l’amour caresse à rebours Les maîtres de la terre usent de guerre d’usure contre les créatures de la nature, sans secours

Dans le regard trivial de l’animal pâle, tout paraît banal pour le profane à la sarbacane

Au fond du silence des êtres, la voix du muet s’entend, seuls les initiés portent la soutane

La Raison n’a pas toujours raison, derrière l’instinct se cachent parfois des vérités à gravir

Les animaux se battent parfois pour survivre, les hommes se battent toujours pour ravir

Sauvons la vie des hommes et des bêtes de somme, protégeons la terre de la guéguerre

Sauvons l’humanité de la cruauté des hommes, bâtissons un monde sans guerre Pour un autre monde.

Clément ZONGO

clmentzongo@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.