Une vue des membres du présidium lors de la cérémonie d’ouverture de la session de formation des animateurs des médias confessionnels à Ziniaré.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, a présidé, le mardi 10 septembre 2019 à Ziniaré, la cérémonie d’ouverture d’une session de formation au profit des médias confessionnels. Objectif : contribuer à la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent pour un mieux vivre ensemble.

L’expansion des télécommunications ont fait de la presse écrite et audiovisuelle, de la radio et des réseaux sociaux, de véritables outils de promotion de faits religieux. C’est ainsi que de nombreux médias confessionnels ont vu le jour à partir des années 2000, véhiculant chaque jour des messages et des enseignements religieux.

L’accessibilité aux médias a également ouvert des voies à de nouvelles figures religieuses qui ont mis à profit ces nouveaux outils de communication pour acquérir une légitimité dans la sphère publique. Dans un tel contexte national et sous régional marqué par le phénomène de la radicalisation, de l’extrémisme violent et de l’intégrisme religieux, il s’avère plus qu’urgent d’adoucir le message religieux pour favoriser une coexistence pacifique entre les populations, d’où l’organisation de ladite session de formation.

Placée sous le thème «Médias confessionnels face à la radicalisation et l’extrémisme violent», cette session de formation a été organisée par la Direction générale des libertés publiques et des affaires politiques. Durant deux jours, les animateurs des médias confessionnels auront à échanger sur ce thème dont l’actualité quotidienne ne laisse indifférent aucun Burkinabè. Il ne fait aucun doute que les médias confessionnels jouent un rôle extrêmement important dans la diffusion du message religieux qui peut être d’un côté, source de paix et de cohésion sociale mais malheureusement dans certaines circonstances, source de discorde et d’influence. Les médias doivent être vecteurs de paix et de non de haine.

Les animateurs des médias confessionnels invités à éviter les propos empreints de haine et d’intolérance

Cette session de formation vise à outiller les animateurs des médias professionnels afin qu’ils participent à l’œuvre de reconstruction de notre cohésion sociale et de notre vivre-ensemble, a indiqué le ministre d’Etat, Siméon Sawadogo.

Dans son mot d’ouverture, le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, a indiqué que : «Cette session de formation vient donc à point nommé en ce sens que l’objectif recherché est la consolidation de la paix sociale et le renforcement du mieux vivre ensemble. C’est ainsi que nous parviendrons progressivement à la cohésion sociale qui me semble être la capacité d’une société à assurer le bien-être de tous ses membres en réduisant les disparités, en évitant la marginalisation et la stigmatisation».

Pour l’atteinte des objectifs visés, l’accent a été mis sur ce qu’est la religion dans sa conception et sa perception globale afin de permettre aux participants de maîtriser sa pratique pour l’acceptation de l’autre dans sa différence de croyance. Les échanges ont permis également aux participants d’avoir des connaissances solides sur le concept de liberté religieuse et les facteurs pouvant conduire à la radicalisation et à l’extrémisme violent. Ainsi outillés, les animateurs des médias confessionnels devront rejeter toute forme de violence qui puisse compromettre l’harmonie fraternelle, intrareligieuse et la coexistence citoyenne interreligieuse.

Pour ce faire, le ministre d’Etat, Siméon Sawadogo a lancé : «A l’issue de cet atelier, vous devrez veiller à ce que les propos qui seront véhiculés à travers vos émissions ne soient pas empreints de haine et d’intolérance. Ainsi, vous parviendrez à être des acteurs de protection et de défense de la paix à travers la promotion du dialogue intra et inter religieux dans notre pays». «Pour ce faire, je vous exhorte davantage à œuvrer pour la promotion de la culture de la paix et de la tolérance, toute chose qui permettra sans nul doute à notre pays de relever les nombreux défis auxquels il fait face actuellement.

La communication est le socle de tout développement et il faut savoir communiquer en faisant attention aux mots, aux expressions que nous utilisons. Par conséquent, j’invite chacun à s’investir pleinement tout au long de cette session afin qu’au sortir, vous soyez suffisamment outillés pour relever les nombreux défis auxquels vous serez confrontés dans l’exercice de votre profession», a conclu le ministre d’Etat, Siméon Sawadogo. Cette activité a été possible grâce à l’accompagnement de l’Union européenne.

Abdias Cyprien SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.