Modernisation de l’administration publique : des acquis à étendre à tous les ministères

Le Conseil national de la Modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance a tenu sa session ordinaire 2019, le jeudi 24 octobre 2019 à Ouagadougou.

Le Conseil national de la Modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance (CN-MABG) poursuit ses actions pour une administration publique moderne et performante. A cet effet, il s’est réuni, le jeudi 24 octobre 2019 à Ouagadougou, à l’occasion de sa session ordinaire de l’année 2019.

Selon le président du CN-MABG, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, cette rencontre a pour but d’examiner au titre de l’année 2018, le rapport annuel de performances du plan stratégique décennal de modernisation de l’administration, le rapport sur le respect des principes de bonne gouvernance et celui de mise en œuvre du plan d’actions annuel de partenariat pour un gouvernement ouvert. «Le bilan de ces rapports devrait nous conduire sur de nouvelles pistes qui permettront de renforcer la qualité du service public», a-t-il affirmé. Pour l’atteinte de cette qualité du service public, le président du Conseil a indiqué que les orientations du Conseil devraient s’inscrire dans une vision commune qui est l’amélioration de l’offre de service public, le renforcement du respect de la déontologie, la réduction du poids de l’administration en termes des charges de fonctionnement, la modernisation des techniques, méthodes et outils de gestion des structures administratives et de leurs ressources humaines…

Par ailleurs, M. Dabiré a signifié que la mise en œuvre du Plan stratégique décennal de modernisation de l’administration 2011-2020 et son deuxième plan d’actions ont permis d’atteindre des résultats probants dans les ministères pilotes. «Des acquis ont été engrangés en matière de rationalisation, de réduction du délai moyen de traitement des actes administratifs, de renforcement des infrastructures de communication, de structures déconcentrées de l’administration publique et l’appui-conseil aux collectivités territoriales, d’indépendance et d’accès à la justice, de respect des libertés d’opinion et d’expression, etc.», a-t-il cité. Pour lui, ces résultats doivent être consolidés, renforcés et étendus à tous les ministères en vue d’améliorer sensiblement la qualité du service public rendu aux usagers. «L’engagement de tout un chacun est primordial pour faire de notre administration un vecteur de développement», a insisté le président du CN-MABG. Sur ce, il a invité l’ensemble des acteurs notamment, les partenaires techniques et financiers à accompagner le gouvernement pour l’élaboration d’une nouvelle politique et d’une deuxième phase du programme de modernisation de l’administration publique.

Kadi RABO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.