Observation et analyse des pratiques enseignantes: Des acteurs de l’éducation outillés

 Du 4 au 15 novembre 2019 à Ouagadougou, le ministère de l’éducation nationale de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales en collaboration avec l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), a organisé une formation au profit des acteurs de l’éducation. Les travaux ont porté sur l’observation et  l’analyse des pratiques enseignantes.  

Pendant deux semaines à travers des exposés et des travaux de groupes, des acteurs du secteur de l’éducation se sont engagés à travailler afin de mieux identifier les difficultés des enseignants et des apprenants au niveau de l’enseignement et des apprentissages. En mettant l’accent sur l’observation et l’analyse des pratiques de classes effectives et dans une démarche d’analyse compréhensive du processus enseignants-apprentissage, une cinquantaine de participants, composés d’encadreurs pédagogiques du primaire et du secondaire, ont pris part à la formation assurée par les experts désignés par l’ l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Les travaux se sont déroulés en ateliers et en plénières. La formation visait à accompagner les acteurs de l’éducation à mieux identifier les difficultés des enseignants et des élèves au niveau de l’enseignement et de l’apprentissage. Elle devait permettre aux enseignants de développer une pratique réflexive à l’aide d’outils, de fiches d’observation-analyse et d’auto-évaluation.

La cérémonie de clôture des travaux de l’atelier a eu lieu, le vendredi 15 novembre 2019 à Ouagadougou. Selon   Rachelle Paré, participante, cette formation a été bénéfique. « Nous avons beaucoup appris. Désormais, les choses vont s’améliorer et cela contribuera à changer nos pratiques d’accompagnement d’enseignants. L’encadreur pédagogique ne va plus partir comme un gendarme, celui qui connait tout. Mais, il accompagne l’enseignant et l’amènera à recenser ses difficultés lui-même. En plus de cela des moyens seront mis à sa disposition de ce dernier afin que celui-ci parvienne à résoudre, ses propres difficultés. C’est cet accompagnement désormais que l’encadreur devra pouvoir apporter», a expliqué Mme Paré. Quant à la représentante du secrétaire général du ministère en charge de l’éducation nationale, Minata Ouédraogo, elle s’est réjouie des résultats auxquels les participants sont parvenus au terme de l’atelier. « Je fonde l’espoir que l’utilisation des outils que vous avez élaborés apportera des changements qualitatifs dans notre système éducatif », a-t-elle affirmé.

A la fin de la formation, les participants ont souhaité l’organisation d’une session d’approfondissement des acquis et d’une appropriation des guides élaborés, le réinvestissement des acquis avec la formation des encadreurs et des enseignants du terrain à l’observation et à l’analyse des pratiques enseignantes est aussi souhaité.

Valentin Kaboré

   Collaborateur

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.