Adaptation au changement climatique : le Burkina Faso a son plan de partenariat

Le ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique a organisé, le mardi 18 février 2020 à Ouagadougou, un atelier national de validation du plan de partenariat de mise en œuvre de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) en lien avec l’accord de Paris sur le climat.

Résolu à appliquer l’accord de Paris sur le climat qui vise à maintenir le réchauffement climatique à 2°c tout en poursuivant les efforts pour tendre vers 1,5°c, le Burkina Faso a adopté sa Contribution déterminée au niveau national (CDN) en 2015. Pour mettre en œuvre ses engagements volontaires de réduction des émissions de Gaz à effet de serre (GES) et d’adaptation aux impacts vécus et attendus du changement climatique à l’horizon 2030, le pays des Hommes intègres a élaboré un plan de partenariat. Ce, avec l’appui du NDC Partnership, une coalition de 166 pays et institutions mise en place à la 22e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (COP 22) dont le but est de mobiliser le soutien technique et financier en vue d’atteindre les objectifs inscrits dans les CDN et ceux des Objectifs de développement durable (ODD) y relatifs.

Ainsi, les acteurs de lutte contre le changement climatique et des partenaires techniques et financiers se sont réunis, le mardi 18 février 2020 à Ouagadougou, pour amender et valider le plan de partenariat au cours d’un atelier national. S’étalant de 2020 à 2023, le plan de partenariat se veut un outil de planification, de suivi et de coordination des actions des différents partenaires. Il se positionne également comme un instrument de mobilisation des ressources pour les actions d’adaptation et d’atténuation des effets du changement climatique. L’objectif global de ce plan de partenariat est donc de permettre au Burkina Faso d’atteindre les résultats escomptés par sa CDN concernant les secteurs de l’énergie, l’agriculture, l’eau et l’assainissement, l’environnement, les ressources animales, la santé, l’habitat, les infrastructures et les transports.

Le soutien de NDC partnership

Aussi les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre sont constitués des pouvoirs publics, des organismes internationaux, des missions de coopération, des ONG et associations, des instituts et centres de recherche et le secteur privé. Le secrétaire général du ministère en charge de l’environnement, Dr Sibidou Sina, s’est réjoui de la validation du plan de partenariat. Il a relevé que son élaboration a suivi un processus participatif marqué par plusieurs étapes dont l’organisation d’un atelier d’information et de collecte de données, la réalisation d’une cartographie des politiques, stratégies, plans, projets et des principaux acteurs intervenant dans la lutte contre les effets du changement climatique, d’une analyse des forces et faiblesses de la mise en œuvre de la CDN, d’une étude sur l’état des lieux de la mise en œuvre de la CDN et des collectes de données complémentaires auprès des services techniques et des personnes- ressources.

Heureux de constater « le fort engagement » des parties prenantes nationales et des partenaires au développement du Burkina Faso, le représentant du NDC Partnership, Romeo Bertolini a informé que son institution est déterminée à soutenir les efforts de mise en œuvre du CDN du pays des Hommes intègres pour lutter contre les effets du changement climatique et à honorer ses engagements pris pour faire progresser l’accord de Paris et le programme de développement durable 2030. Rappelant que 2020 est « l’année de l’action », il a félicité le Burkina Faso pour sa volonté de réviser ses objectifs nationaux et de consolider les bases de leurs mises en œuvre effective dans les dix prochaines années.

Eliane SOME
elianesome4@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.