La mobilisation contre l’application de l’impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS) sur les primes et les indemnités des fonctionnaires ne faiblit pas. Réunies en assemblée générale, hier mercredi 26 février à la Bourse du travail de Ouagadougou, des organisations syndicales ont exigé du gouvernement, l’ « annulation pure et simple » de cette mesure et le « remboursement immédiat » des coupures opérées. « Il n y aura pas de négociations, sans que cela ne soit constaté », a laissé entendre le secrétaire général du collectif Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), Bassolma Bazié.

Dans la perspective de se faire entendre, ce leader syndical et les autres envisagent des actions pour se faire entendre. En plus des actions sectorielles qui seront engagées dès ce jeudi 27 février, une conférence de presse et une marche-meeting de protestation sont respectivement prévues, les 3 et 7 mars prochain. Mieux, les syndicats ont annoncé une grève générale des travailleurs « avec reconduction tacite s’il n’y a pas de réponse conséquent » allant du 16 au 20 mars prochain. Les organisations qui étaient à cette rencontre sont les suivantes : le collectif CGT-B, l’Intersyndicale des magistrats, la coordination des syndicats de ministère de l’économie et des finances et les 17 syndicats autonomes.

Honoré KIRAKOYA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.