Crise humanitaire: Des dons de 58 millions de F CFA pour les déplacés

Le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire a reçu, le vendredi 13 mars 2020 d’institutions, d’associations et de personnalités des dons en nature et espèce pour la prise en charge des déplacés internes.

Des institutions, des associations, des entreprises et des personnalités sont solidaires au Burkina Faso pour la prise en charge des victimes des attaques terroristes. Elles l’ont manifesté le vendredi 13 mars 2020 à Ouagadougou en remettant au ministère de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire des dons en nature et en espèce de plus de 58 millions de FCFA.

C’est la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) qui a ouvert le bal des dons avec un chèque de 30 millions F CFA. Cette somme est destinée à la prise en charge des enfants victimes des attaques terroristes en particulier ceux de Arbinda. De même, l’association des femmes en service dans les organes de l’UEMOA, foi de leur représentante, Rose Kabran, a décidé de célébrer le 8-Mars autrement, en offrant 10 millions de F CFA aux déplacés. Ce don est composé d’un chèque de 5 millions de F CFA, des vivres et des non-vivres d’un montant de 5 millions également.

Pour le représentant du président de la commission de l’UEMOA, Georges Essowe Barcola, les violences meurtrières, perpétrées par les terroristes ont laissé de nombreuses populations dans la désolation. « La commission de l’UEMOA ne peut rester insensible face à ce drame qui frappe notre pays d’accueil et qui sape ainsi tous nos efforts de développement économique et la lutte contre la pauvreté », a-t-il indiqué. C’est pourquoi, son institution, par cette contribution entend soutenir le peuple burkinabè dans cette rude épreuve.

Les femmes du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), selon la représentante Jeanne Marie Sedogho, ne veulent pas rester indifférentes face au malheur de leurs « sœurs et enfants » burkinabè. Elles ont de ce fait apporté une enveloppe financière de 1,2 millions de FCFA. « A l’occasion de la célébration du 8 mars, nous avons décidé de cotiser pour venir en aide aux personnes et enfants déplacés. Par ce geste, nous voulons contribuer à soulager la peine de ces derniers », a-t-elle précisé.

Des étudiants donnent 5 millions de F CFA

La société Brakina, quant à elle a apporté des vivres d’une valeur de 11 millions de FCFA. Pour son directeur commercial et marketing, Raoul Félix Sanon, c’est une promesse que sa société vient de réaliser. « Nous avons promis de soutenir le pays avec des vivres à hauteur de 100 millions de FCFA. Un premier don avait déjà été fait. Avec ce don, nous réalisons ainsi notre promesse », a-t-il dit.

Des coutumiers et religieux, avec à leur tête le chef de Wemtenga (quartier de Ouagadougou), ont également laissé parler leur cœur en remettant au ministre en charge de l’Action humanitaire, des vivres d’une valeur de 1,1 million de FCFA. La série de dons a pris fin par un geste des étudiants des universités publiques du Burkina. Ces derniers ont lancé entre janvier et février dernier une campagne de collecte au profit des déplacés. A l’issue, ils ont pu mobiliser des vivres, des vêtements d’environ 5 millions de F CFA.

Le ministre en charge de l’Action humanitaire, Laurence Ilboudo, a traduit sa reconnaissance aux donateurs, tout en rassurant que les fonds seront utilisés à bon escient pour le bonheur des déplacés et des enfants. Pour elle, la solidarité agissante entre Burkinabè va contribuer à relever les défis sécuritaires et alimentaires. Elle a invité toutes les bonnes volontés à emboiter le pas de ces donateurs pour aider les populations touchées par l’insécurité.

Adama SEDGO

Rahissa CESSOUMA (stagiaire)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.