Chapeau de Saponé: Désormais un label « made in Burkina »

La cérémonie de présentation du label du chapeau de Saponé a eu lieu, le samedi 4 juillet 2020, à l’hôtel de ville de Saponé.

 Le processus de protection des produits du terroir burkinabè vient de connaitre encore étape importante. Après le pagne tissé Faso Dan Fani, c’est au tour du chapeau de Saponé d’être une propriété officielle du peuple burkinabè et poursuit sa marche pour une reconnaissance mondiale par les instances de protection des œuvres de l’esprit notamment l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle(OAPI). A cet effet, le label du « chapeau de Saponé », a été présenté, aux Burkinabè, dans le fief des producteurs dudit chapeau, à quelques encablures de Ouagadougou, dans la matinée du 4 juillet 2020.

A l’occasion, la joie de Naaba Sigri de Saponé, gardien des savoirs ancestraux et dépositaires de la tradition était à son comble. Le chef coutumier a remercié le gouvernement pour son initiative qui a abouti à la labellisation du chapeau, objet d’art identitaire de Saponé et aujourd’hui pour tout les Burkinabè. Au-delà de son origine, le chapeau de Saponé est devenu un symbole de la culture burkinabè, un instrument  de fierté nationale pour chaque burkinabè, a rétorqué le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré. C’est pourquoi, selon ses dires, le ministère de commerce veut créer une identité visuelle originale pour ce produit. Il a estimé que le chapeau de Saponé devrait être identifiable et reconnaissable facilement. Et, cela doit se faire par un élément graphique de nature à permettre sa reconnaissance sur le marché national et international par tout consommateur.

Le ministre Kaboré a aussi fait savoir que cet élément graphique devra en outre contribuer à la valorisation du chapeau et permettre aux consommateurs de l’identifier conformément aux prescriptions du cahier de charges et du règlement d’usage du label tout en limitant les risques de confusion, de copie ou de reproduction illicite. « Au-delà de sa valeur symbolique et culturelle, ce chapeau peut devenir pour chacun des intervenants de la chaine de confection, une source importante de revenus non seulement pour les acteurs, mais également pour le conseil municipal. Il est un moyen de promotion économique, une activité très rémunératrice pour peu que la filière fasse l’objet d’une saine organisation et d’une bonne promotion », a revelé le ministre en charge de l’artisanat.

Assèta Kaboré de la coopérative villageoise des producteurs des chapeaux de Saponé a reconnu qu’il représente une importante source de revenus pour les hommes et les femmes de cette partie du Burkina Faso. Consciente de cela, a-t-elle dit, elles joueront leur partition pour l’atteinte des objectifs poursuivis par la labellisation. « Avec la coopérative, nous allons œuvrer pour que tous les produits qui sortent de Saponé soient labellisés de sorte qu’ils se fassent davantage une reconnaissance à l’international. Les gens connaitront d’où vient le chapeau. Il est fabriqué par qui et il va prendre de la valeur », a rassuré le Harouna Kaboré. Pour sa contribution à la promotion du patrimoine culturel national et au tourisme, ce symbole de l’identité du Pays de Hommes intègres doit être valorisé.

Abdel Aziz NABALOUM

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.