Présidentielle de 2020 La réception des candidatures du 28 septembre au 3 octobre

Le Commission électorale nationale indépendante (CENI) a rencontré les responsables des partis politiques et des organisations de la société civile, le lundi 10 août 2020, à Ouagadougou.

A la date du 17 juillet 2020, 2 376 100 nouvelles personnes dont 995 472 femmes, ont été enrôlées dans le cadre des élections du 22 novembre prochain. Ces personnes ont été recensées dans 329 communes sur les 351 que comptent le pays, soit un taux de couverture de 93,73%. C’est le bilan de l’opération d’enrôlement biométrique présenté par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) aux responsables des partis politiques et des organisations de la société civile, le 10 août 2020, à Ouagadougou. Le président de la CENI, Newton Hamed Barry, a relevé que c’est la première fois dans l’histoire de son institution qu’une révision du fichier électoral obtient un tel chiffre et surtout dans un contexte difficile. « Nous avons un
électeur sur deux enrôlés », s’est-il réjoui. Il a cependant déploré que la CENI n’ait pas pu couvrir 22 communes réparties dans
5 régions et 8 provinces.
Cette rencontre a aussi été l’occasion pour l’équipe en charge de l’organisation des élections de soumettre le chronogramme pour la suite du processus. A ce propos, Newton Hamed Barry a indiqué que la liste électorale définitive sera publiée le
22 octobre prochain. Le parrainage des candidatures pour l’élection présidentielle est prévu pour débuter le 17 août prochain. Pour la réception des dossiers de candidature des législatives, les partis, formations politiques et indépendants pourront inscrire leurs candidats du 7 au 13 septembre. Quant à la présidentielle, la période du 28 septembre au
3 octobre 2020 a été arrêtée conformément à l’article 126 du code électoral. Le président de la CENI, a en outre, soutenu que les contentieux sur les listes électorales provisoires s’ouvriront à partir du 16 septembre et, ce,
jusqu’au 15 octobre.
A l’issue de l’exposé de M. Barry, des responsables des partis politiques et d’OSC ont diversement apprécié le bilan fait par la CENI. Si certains ont reconnu les efforts abattus par l’institution, d’autres se sont appesantis sur les insuffisances. Des questions comme l’audit du fichier électoral et la capacité financière de la CENI pour la tenue effective des élections ont été les centres d’intérêt des intervenants. De l’avis du premier responsable de la CENI, le fichier électoral sera finalisé d’ici au 16 septembre 2020. « A partir de cette date, l’audit pourra se faire. Il reste donc à rechercher l’auditeur et il serait mieux que les partis politiques s’accordent sur le choix », a-t-il souhaité. Concernant le volet financier, M. Barry a souligné qu’il n’y a pas de soucis à ce niveau. « Le gouvernement a disponibilisé 52 milliards F CFA en plus des 15 milliards F CFA du panier commun piloté par le PNUD. A cela, s’ajoutent les dons de la Chine populaire de l’ordre 400 millions F CFA, de la Turquie de 100 millions F CFA et de la CEDEAO à hauteur de
500 000 dollars », a-t-il détaillé. Il a par ailleurs indiqué que d’autres rencontres sont prévues avec les acteurs concernés pour le bon déroulement du processus.
A ce sujet, il les a exhortés à une « réelle implication » pour la réussite des élections à venir.

Abdoulaye BALBONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.