Le désespoir des producteurs de Zékézé

Le désespoir des producteurs de Zékézé
24 ha de maïs, 22 ha de manioc, 70 ha de bananes, 50 tonnes de papayes, 50 ha de choux, 40 ha de piment, 10 ha de riz, 1 ha de sésame et 1 ha de soja. Ce sont les pertes des producteurs du village de Zékézé, dans la commune de Bittou, selon les informations parvenues à Kantigui. Ce village abrite un affluent du fleuve Nakambé, aux bords duquel sont installés les producteurs. Selon les témoignages des habitants, ces dégâts auraient été causés par l’ouverture régulière des vannes du barrage de Bagré. Ceux-ci disent regretter le fait de n’être pas informés, à chaque fois que cela se fait. Les producteurs et les habitants de Zékézé, a appris Kantigui, sont dans le désarroi, car ne sachant plus comment se nourrir après la perte totale de leurs récoltes.

Bittou : le manioc à l’honneur
La troisième édition de la Journée promotionnelle du manioc de Bittou (FESTUBIT) se déroulera, du 19 au 21 septembre 2020. Cette manifestation se tient sous le thème : « Promotion et valorisation des produits agro-sylvo-pastoraux de la région du Centre-Est ». Durant les trois jours, note Kantigui, il est prévu, entre autres, une exposition de tubercules de manioc, un concours de troupes de danse traditionnelle et un concours d’art culinaire. L’édition sera coprésidée, a-t-on soufflé à Kantigui, par le ministre de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo et celle en charge de la femme, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal, avec pour invité d’honneur, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry. Organisée par l’Association pour le Développement de la région du Centre-Est, en collaboration avec les producteurs et transformatrices de manioc de Bittou, le FESTUBIT bénéficie de l’appui de plusieurs partenaires, dont ENABEL, le consortium SOS Faim, AVB APROSSA et Afrique Verte Burkina.

Côte d’Ivoire: la Cour constitutionnelle évite l’arrêt de la Cour africaine
Il est revenu à Kantigui que la Cour constitutionnelle ivoirienne ne devait pas trancher sur la liste définitive des candidats avant le 16 septembre 2020. Mais, à la surprise générale, l’instance supérieure ivoirienne a rendu son verdict dans l’après-midi du 14 septembre 2020, disqualifiant divers candidats dont Guillaume Soro alors que celui-ci était suspendu à un arrêt de la Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) prévu, hier 15 septembre 2020. Et dans cet arrêt dont Kantigui a obtenu copie, La Cour demande à l’Etat de Côte d’Ivoire de surseoir à tous les actes pris subséquemment à l’ordonnance du 22 avril 2020 et à lever tous les obstacles empêchant Guillaume Soro de jouir de ses droits civiques et d’être élu, et ce, jusqu’à la décision de la Cour sur le fond de l’affaire. Kantigui se souvient que la Côte d’Ivoire s’était retirée de la Cour d’appel en avril dernier au beau milieu de la procédure mais cette décision, de l’avis de la CADHP, est astreinte à un préavis d’un an et ne saurait dans tous les cas concerner les affaires en cours d’instruction.

Kantigui
kantigui2000@gmail.com
(226) 25 31 22 89

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.