Boucle du Mouhoun : Les grandes actions du gouvernement expliquées à la population

Le ministre en charge de la communication, Ousseni Tamboura, cette conférence régionale se veut un devoir de redevabilité pour le gouvernement

Le Service d’information du gouvernement (SIG) a organisé, le jeudi 27 mai 2021 à Dédougou, la conférence régionale du gouvernement. Cette rencontre présidée par le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Ousseni Tamboura a permis à certains ministres d’expliquer des actions de leurs départements et recueillir les préoccupations de la population.

Le gouvernement poursuit ses actions de communication et d’échanges directs avec les populations des différentes régions. Après la région des Hauts-Bassins, c’était autour de la région de la Boucle du Mouhoun de recevoir des membres du gouvernement, hier 27 mai 2021, pour cet exercice de redevabilité. Initiée par le Service d’information du gouvernement (SIG), les forces vives de la région étaient face à trois ministres notamment, le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, Ousseni Tamboura, le ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro, et celui des Ressources animales et halieutiques, Modeste Yerbanga. Tour à tour, chacun a décliné les grandes réalisations et les perspectives de son département, notamment dans la région.

Sur la politique du gouvernement en matière de communication, le ministre Ousseni Tamboura a rappelé que toute action doit nécessairement servir un but. « On ne communique pas pour la communication. L’objectif de la communication est d’apporter un changement au niveau de la population », a-t-il dit. Et pour ce faire, il y a la déconcentration des medias publics. Il cite notamment la RTB2 Boucle du Mouhoun qui fait de l’information de proximité et la direction régionale de l’Ouest de Editions Sidwaya qui couvre les activités menées dans les régions des Hauts-Bassins, des Cascades, du Sud-Ouest et de la Boucle du Mouhoun. Le ministre a souligné également la présence de 16 radios privées qui se battent pour informer le public dans le « grenier du Burkina ».

Cependant, a-t-il regretté, des difficultés existent. Il s’agit notamment du manque d’encadrement des acteurs, de la faible qualification des ressources humaines et de l’insuffisance des ressources financières. Pour y remédier, le département de la communication prévoit la création des guichets spéciaux par région pour permettre aux médias les moins structurés de bénéficier des fonds de l’Etat. Egalement, il est prévu un plan de renforcement des capacités des journalistes. A cet effet, l’Institut des Sciences et techniques de l’information et de la communication (STIC) pourrait se déployer dans les régions pour former les Hommes de médias, aux dires du ministre Tamboura.

Equiper le lycée technique de Tougan

La population a salué cette initiative du gouvernement
de venir vers elle

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, Stanislas Ouaro, est revenu sur le point des réalisations de 2016 à 2020 de son département dans la Boucle du Mouhoun. Pendant ces cinq dernières années, Stanislas Ouaro a soutenu qu’il y a été réalisé, entre autres 428 salles de classe pour résorber les classes sous paillote, 177 salles de classe pour normaliser des écoles incomplètes, et 59 collèges d’enseignement général. Depuis 2016 à aujourd’hui, a-t-il poursuivi, c’est plus de 20 milliards FCFA qui ont été injectés dans les communes de la région pour la mise en œuvre des compétences transférées. En termes de perspectives, le ministère entend poursuivre ses réalisations afin de résoudre le problème des classes sous paillote.

Ainsi, 96 salles de classe seront construites dans la région à cet effet. Il y a aussi, la réalisation d’écoles pour le compte du projet d’urgence de développement territoriale et de résilience qui vise à améliorer l’accès inclusif des communautés y compris les déplacés internes aux services sociaux essentiels. Et d’ajouter qu’en 2021, l’accent sera mis sur l’équipement du lycée technique de Tougan, et la réalisation d’infrastructures complémentaires. Quant au ministre des Ressources animales et halieutiques, Modeste Yerbanga, il a rappelé que depuis 2018 à nos jours, plusieurs actions ont été menées dans la région pour le développement du secteur.

Il cite entre autres, la réalisation de trois aires d’abattage, de 9 forages pastoraux, deux marchés de bétail et la construction de onze parcs de vaccination. Et de préciser que pour la seule année 2020, 731 tonnes d’aliments pour bétail ont été mis à la disposition des producteurs de la région. Comme perspectives, le département compte poursuivre les actions déjà engagées en collaboration avec ses partenaires. Par exemple, 24 parcs de vaccinations seront réalisés. Le développement des produits halieutiques et aquacoles est une des priorités de son département, selon le ministre. « La région de la Boucle du Mouhoun, regorge d’importantes potentialités en matière de ressources animales et halieutiques.

Mon département et ses partenaires continueront à mettre en œuvre des actions en vue de créer les conditions meilleures de production », foi du ministre Yerbanga.
Les participants à cette conférence régionale ont salué la vision du gouvernement d’aller vers les populations pour communiquer sur ses actions. Des doléances, notamment la construction de magasins de stockage d’aliments pour bétail, la construction des marchés de fruits de et légumes, la réalisation d’une unité de transformation de la tomate, ont été soumises aux membres du gouvernement. La question des effondrements d’infrastructures scolaires à la suite des intempéries est revenue dans les débats. Le ministre Stanislas Ouaro a déploré ces incidents, et pense qu’un effort doit être fait à tous les niveaux allant de la construction et du suivi des travaux. Il a enfin émis la nécessité de relire les clauses de sanction dans l’exécution des marchés publics.

Adama SEDGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.