Effondrement des bâtiments : Les acteurs échangent sur la qualité des constructions

Alfred Compaoré représentant du ministre (milieu) : « Un travail se fera afin de renforcer les décisions prises à cet atelier ».

Le ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville a organisé un atelier le jeudi 1er juillet 2021, à Ouagadougou. Il s’est agi, d’échanger sur la qualité des constructions au Burkina Faso.

Le lundi 24 mai 2021 dernier, à Dandé, un élève a perdu la vie à la suite de l’effondrement d’un bâtiment d’une salle de classe. A Tenkodogo, deux ouvriers ont perdu la vie sur un chantier de construction. Toute chose qui vient confirmer que le secteur de la construction au Burkina Faso est en crise. En effet, à la suite des premières pluies de la saison hivernale, les premiers cas de sinistres relatifs à l’écroulement de bâtiments ont été enregistrés. En vue de trouver une solution à cette problématique, il s’est tenu un atelier le jeudi 1er juillet 2021, à Ouagadougou. Selon le directeur de cabinet du ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville, Alfred Compaoré, par ailleurs représentant du ministre, le but de cet atelier est de poser les bases pour remédier à la situation dans laquelle se trouve de domaine de la construction.

« Le désordre dans le domaine des constructions doit cesser », a-t-il interpellé. Il a indiqué que plusieurs études ont permis de montrer que plus d’une centaine de bâtiments sont sous la menace de s’effondrer à travers le pays. Des problèmes à son avis sont de divers ordres. Il s’agit notamment de la qualité des matériaux de construction vendus sur le marché, de la qualité du suivi-contrôle et des entreprises insatisfaites des montants qui leur sont alloués dans les budgets pour la réalisation des ouvrages. A ceux-ci s’ajoutent des cas de corruption. « Cet atelier, est un cadre de formulation de solutions, afin d’inverser dans les années à venir, la tendance actuelle », a-t-il insisté, tout en souhaitant des échanges constructifs, sincères et francs.

Le Directeur général de l’architecture, de l’habitat et de la construction du ministère en charge de l’urbanisme, Soubeiga Aimé, a quant à lui, rappelé qu’il est temps d’identifier les problèmes de façon spécifique, afin d’apporter des solutions spécifiques. A l’écouter, il faut établir des normes dans le secteur de la construction afin de stopper l’essor de ce phénomène. Il a en plus fait savoir que les effondrements constatés ces derniers jours sont les résultats d’une dégradation assez importante de la qualité des matériaux de construction. Pour lui, la qualité des matériaux tout comme celle des prestations des entreprises doivent être revues pour éviter qu’il y ait des effondrements qui endeuillent parfois des familles. « Nous comptons mettre le doigt sur les insuffisances», a déclaré M. Soubeiga.

Laetitia TRAORE
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.