Insurrection populaire : « Nous nous attelons à la réouverture du procès », Khalil Bara, président de la Haute Cour de justice

Le président de la Haute Cour de justice, Boukary Khalil Barra (gauche), a fait le point des activités de l’institution au chef du Parlement.

Le Président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé, a reçu en audience une délégation de la Haute Cour de justice, conduite par son président, Boukary Khalil Bara, le mercredi 28 juillet 2021 à Ouagadougou.

Ouvert en avril 2017, le procès de l’insurrection populaire a été suspendu pour diverses raisons. « La réouverture de ce procès est une activité majeure de la Haute Cour de justice et nous nous attelons à l’exécuter dans les prochains jours, sinon dans les prochains mois ». C’est ce qu’a affirmé le président de la Cour, Boukari Khalil Bara, à sa sortie d’une audience que lui a accordée le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, le mercredi 28 juillet 2021, à Ouagadougou.

Elu président de la Haute Cour de justice le 29 avril dernier, Boukary Khalil Bara, par ailleurs juge parlementaire, à la tête d’une délégation de l’institution, a signifié que c’est l’AN qui soutient le fonctionnement de la Haute Cour de justice, à travers des allocations financières. « C’est le Parlement qui nous donne les allocations financières et le personnel de soutien nécessaire pour notre fonctionnement. Il était donc de bon ton que nous venions voir son président », a-t-il estimé. Khalil Bara a ajouté que cette visite avait aussi pour objectif de faire le point des activités de l’institution au chef du Parlement.

Concernant ses activités, il a déclaré que la première prévue est une formation de tous les membres de la Haute Cour de justice. « La plupart des juges parlementaires de la Haute Cour de justice ne sont pas des juristes. Il va falloir leur inculquer quelques valeurs et le minimum de notions de droit », a indiqué celui qui fut gouverneur de la région du Nord. Pour lui, la formation permettra également aux juges professionnels de s’approprier toutes les procédures inhérentes à l’exercice de leurs fonctions car ces procédures diffèrent de ceux du droit commun.

Nadège YAMEOGO
Yebliga Euridice LOUARI
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.