Conférence annuelle des services du Trésor : « Il s’agit de donner une réponse aux défis nouveaux du Trésor public », Célestin Santéré Sanon, DGTCP

Du 26 au 27 novembre 2021, la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP) organise, sous la présidence du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, la 23e édition de la Conférence annuelle des services du Trésor (CAST). Cette conférence se tiendra dans la salle de conférence de la DGTCP sise à Ouaga 2000. Pour en savoir davantage sur cet évènement, Sidwaya a échangé avec le directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Célestin Santéré Sanon, par ailleurs président du comité d’organisation.

Sidwaya (S) : Pouvez-vous en quelques mots nous présenter votre institution ?

Célestin Santéré Sanon (C.S.S.) : Avant tout propos, je tiens à remercier Sidwaya qui me donne ici l’occasion de partager avec l’ensemble de ses lecteurs, quelques informations relatives à la Conférence annuelle des services du Trésor (CAST) du Burkina Faso. Pour revenir à votre question, on peut retenir que la direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique est une structure centrale du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement présente dans les 45 provinces du Burkina Faso. Sa mission est d’assurer une saine gestion des deniers publics, de garantir la trésorerie au titre du budget de l’Etat, des collectivités territoriales ainsi que des établissements publics de l’Etat et de veiller à la viabilité du système financier national.

A ce titre, elle est chargée notamment : – d’élaborer et d’appliquer la réglementation sur la comptabilité publique et les jeux de hasard ; – d’exécuter en recettes et en dépenses le budget de l’Etat, les comptes spéciaux du Trésor, les budgets annexes, les budgets des comptes des services non personnalisés de l’Etat, ainsi que les budgets des collectivités territoriales et des EPE ; – de mettre en œuvre la stratégie de mobilisation des ressources intérieures et extérieures ; – de centraliser et de gérer les ressources de l’Etat, des collectivités territoriales et des autres organismes publics ; – de tenir la comptabilité et de produire les comptes de gestion, la balance générale des comptes du Trésor et le Tableau des opérations financières de l’Etat (TOFE) ; – de centraliser les conventions et accords de financement, de faire des appels de fonds dans le cadre de ces conventions et accords et d’assurer la gestion de la dette publique ; – d’assurer la tutelle financière du secteur financier, du secteur des assurances, des EPE, des sociétés et des entreprises à participation de l’Etat et de gérer les participations financières de l’Etat ; – de suivre les questions relatives à l’intégration économique et monétaire sous régionale, régionale et africaine.

S : Du 26 au 27 novembre 2021, votre structure organise la 23e CAST. Parlez-nous de cette conférence et de son objectif.

C.S.S. : La CAST est un cadre de réflexion qui réunit des cadres de l’administration du Trésor public et certains de ses partenaires autour d’un thème d’intérêt pour la bonne marche des services du Trésor public. Il s’agit, chaque année, de marquer une halte afin de réfléchir à la réponse à donner aux défis nouveaux qui se posent au Trésor public. L’objectif visé à travers la tenue de cette conférence est donc d’anticiper et de préparer le Trésor public à faire face efficacement aux différentes mutations ou exigences en matière de bonne gestion des deniers publics, de supervision du système financier afin d’être toujours en phase avec les attentes des usagers.

S : Quel est le profil des participants à la conférence ?

C.S.S. : La 23e édition de la CAST tout comme les précédentes éditions connaitra la participation de tous les responsables des structures centrales et déconcentrées de la DGTCP ainsi que d’autres cadres de ces différentes structures. Outre ces acteurs, la CAST réunit également les représentants des autres structures du ministère, des structures partenaires, des anciens du Trésor ainsi que des personnes- ressources. Pour la présente édition, au regard du thème qui qui porte sur « La transformation digitale du Trésor public : défis et perspectives », outre les structures du MINEFID, des structures relevant du Ministère de l’Economie numérique, des Postes et de la Transformation digitale (MENPTD), telles que la Direction générale des technologies de l’information et de la communication (DGTIC), l’Agence nationale de la promotion des technologies de l’information et de la communication (ANPTIC), l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI), la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), les partenaires privés évoluant dans le domaine des TIC, les PTF, etc. y prendront part.

S : Quels sont les acquis engrangés dans l’organisation de cette conférence ?

C.S.S. : Depuis la première édition en 1997, la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique (DGTCP) a réussi le pari de tenir la CAST de façon continue. Les vingt-deux éditions passées de la CAST ont permis d’aborder plusieurs thèmes d’intérêt se rapportant aux missions assignées à la DGTCP. La réflexion menée autour de ces différents thèmes a conduit à la prise de recommandations et de résolutions dont la mise en œuvre sous forme de plan d’actions a contribué à améliorer les performances de la DGTCP. De façon plus concrète, on peut citer en termes d’acquis, une meilleure gestion des deniers de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics de l’Etat, une amélioration du niveau de mobilisation des ressources publiques, une réduction des délais de paiement des dépenses, une gestion optimisée de la trésorerie, etc. Ensuite, on peut noter une amélioration dans la tenue de la comptabilité de l’Etat et de ses démembrements (collectivités territoriales et établissements publics de l’Etat) et un meilleur rendu des comptes à travers la production à bonne date des comptes de gestion. Il y a également l’atteinte de meilleurs résultats dans la supervision des structures sous tutelle, les compagnies d’assurances. Enfin, il faut noter l’actualisation des outils de contrôle interne pour se conformer aux exigences actuelles de transparence dans la gestion des finances publiques.

S : Sous quel thème est placée cette 23e CAST et qu’est-ce qui a motivé le choix de ce thème ?

C.S.S. : La conférence de cette année est placée sous le thème : « La transformation digitale du Trésor public : défis et perspectives ». Le choix du thème tient compte du fait que le développement des Technologies de l’information et de la communication (TIC) et l’avènement de l’économie numérique ont amené des changements considérables dans la société. Grâce aux TIC, on peut communiquer aisément avec ses proches, optimiser ses déplacements ou avoir accès à toutes sortes de services innovants. Elles offrent également des opportunités inédites de bénéficier de services performants de gestion. Ces profonds changements induits par les technologies numériques dans les secteurs marchands et sociaux sont également à l’œuvre dans le secteur public et c’est une opportunité pour optimiser la fourniture des services publics en réduisant leur coût de production et de délai. Il convient de rappeler que le Trésor public est l’une des premières structures publiques à utiliser les Technologies de l’information et de la communication (TIC) à travers la mise en place de plusieurs logiciels dont les plus connus sont la Comptabilité intégrée de l’Etat (CIE), le Système de gestion des dépôts de fonds (SGDF) et le Logiciel des postes comptables à l’étranger (LPCE) pour ne citer que ceux-là. Toutefois, notre administration n’a pas su à un moment donné suivre le rythme de l’évolution rapide dans le domaine. Aussi, le développement de ce thème donnera donc l’occasion aux acteurs-clés de la transformation digitale de réfléchir aux opportunités à saisir pour renforcer l’efficacité des services du Trésor public afin d’optimiser leur contribution à la mobilisation des ressources du budget de l’Etat et dans la gestion de la trésorerie. Pour ce faire, la réflexion va se mener autour de la problématique centrale suivante : « Comment le Trésor public, à travers sa transformation digitale, peut- elle mieux répondre aux exigences en constante évolution des usagers et du personnel ? ». Ladite problématique sera appréhendée à travers deux sous-thèmes: – Sous-thème 1 : « Le cadre juridique et institutionnel du Trésor public face aux défis de la digitalisation de ses services » – Sous-thème 2 : « Le système d’information du Trésor public face aux défis de la digitalisation de ses services »

S : Quelle est la particularité de cette 23e CAST ?

C.S.S. : La 23e CAST intervient à une période où la DGTCP vient d’adopter son deuxième plan stratégique qui s’étale sur la période 2021-2025, avec une nouvelle vision et de nouvelles ambitions. Sur les 5 axes stratégiques dégagés, l’informatisation avec ses nouveaux concepts va véritablement contribuer à l’atteinte des résultats.

S : Quels sont les objectifs assignés à cette 23e conférence ?

C.S.S. : L’objectif principal visé à travers l’organisation de la 23e CAST est de faire l’état des lieux de la digitalisation des services du Trésor afin d’en dégager des perspectives pour un meilleur rayonnement du Trésor public. Spécifiquement, les participants vont se pencher sur le niveau de maturité numérique du Trésor public, à savoir l’étape à laquelle il se situe dans le processus de digitalisation. Le cas échéant, ils feront des propositions sur le processus de digitalisation de notre administration tenant compte des nouvelles ambitions du Trésor public.

S : Quelles sont vos attentes dans le cadre de l’organisation de cette 23e édition de la CAST ?

C.S.S.: Les attentes pour cette 23e édition de la CAST se résument en deux points. En premier lieu, c’est de souhaiter que cette édition de la CAST soit celle de la maturité où le niveau et la richesse des débats permettent d’aboutir à des recommandations fortes qui permettront de dégager des perspectives pour non seulement alléger les tâches des collaborateurs, mais également offrir des services de qualité aux usagers. En second lieu, ce serait que les échanges puissent se dérouler dans un climat convivial et qu’ils puissent permettre à tous les participants de s’enrichir mutuellement.

S : Votre dernier mot ?

C.S.S. : C’est de dire une fois de plus merci à Sidwaya et de lancer un appel à l’ensemble des participants de répondre présents à la conférence et surtout de l’enrichir à travers des débats francs et constructifs.

Honoré KIRAKOYA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.