Développement des infrastructures numériques : Un taux d’exécution de 100% enregistré

Pour le SG du ministère en charge de la Transition Digitale, Kisito Traoré (milieu) : « Des révisions se sont avérées nécessaires pour le budget 2022 »

Le Comité de revue du programme budgétaire « Développement des infrastructures de communications électroniques » a organisé sa première session 2022, le mercredi 27 avril 2022 à Ouagadougou.

Créé le 2 avril 2020 par arrêté ministériel, le comité de revue du programme budgétaire « Développement des infrastructures de communications électroniques » a tenu le mercredi 27 avril sa première session de l’année 2022. Cette session a permis de faire une évaluation de la mise en œuvre des programmes d’activités de l’année écoulée et d’adopter le budget de l’année 2022. « L’ensemble des membres du comité de revue ce sont réunis ce jour conformément à ce qui est prévu dans les textes pour examiner les indicateurs de la performance de la mise en œuvre du projet au cours de l’année 2021 », a indiqué le Conseiller technique en charge du ministère de la Transition digitale, Saidou Yanogo, par ailleurs responsable du programme budgétaire ‘’ Développement des infrastructures de communications électroniques’’. Il a ajouté que le comité de revue a fait le bilan des activités de 2021 afin de pouvoir arrêter les valeurs définitives de performance.

Le secrétaire général du ministère en charge de la transition digitale, Kisito Traoré a fait savoir que l’évaluation finale a fait ressortir un taux d’exécution physique de 100% et un taux financier de 96 %. En termes d’acquis, il a noté entre autres la réalisation de 492 km de travaux de génie civil de réseaux portant le total de génie civil du Backbone à 2001 Km, la pose de 775 km de fibres optique portant également le total des fibres déployés à 2001 km

Le programme développement des infrastructures de communications électroniques a été subdivisé en trois projets. Il s’agit du projet régional ouest-africain d’infrastructure de communication (PRICAO) dont la mise en œuvre a pris fin en juillet 2021. Il y a aussi le projet d’appui au développement des technologies de l’information et la communication du Burkina Faso (PADTIC/BKF-021) et le projet Backbone National des télécommunications (PBNT).

Le Comité de revue du programme budgétaire a examiné les indicateurs de performance de la mise en œuvre des projets au cours de l’année 2021

Le conseiller technique du ministère en charge de la Transition digitale, Saidou Yanogo a pour sa part précisé que le projet PADTIC continuera jusqu’en janvier 2023 et le projet Backbone quant à lui finira en mars 2023. M.Yanogo a souligné que les dépenses d’investissements de 2021 de ces trois projets s’élèvent à plus 28 milliards F CFA d’investissement. Il s’est dit satisfait des indicateurs de performances parce qu’en termes de réalisation physique le taux le plus bas est à 85 % et en terme d’exécution financier le taux le plus bas est à 77 %. « Il y a un motif de satisfaction pour les performances que les projets ont enregistré en 2021 », s’est-il félicité. Le conseiller technique a également a déclaré que le projet PRICAO a permis de réaliser la fibre optique entre Diendiego et Zabré, de renforcer les équipements des points d’atterrissement virtuelle de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

Quant au projet PADTIC/BKF-021, il a fait savoir que ce projet a permis de raccorder des sites dont environ 135 réseaux ont été peints et 93 sites ont été raccordés au niveau de l’administration.

Un taux en dessous de la moyenne qui s’explique par la situation sécuritaire que traverse le pays mais aussi par la survenue de la pandémie du covid-19. Pour ce qui est du projet RESINA, le SG a expliqué le faible taux d’exécution et la différence considérable entre le taux d’exécution physique et celui financier, par l’absence de partenaires financiers autre que l’Etat lui-même. C’est uniquement le budget de l’Etat qui finance ce projet alors que ce dernier est tributaire parfois de régulations, particulièrement en cette période de crises.

Le responsable du Programme budgétaire développement des infrastructures de communications électroniques Saïdou Yanogo a révélé que malgré ce contexte difficile, les choses ont avancé et le bilan est satisfaisant.

Wamini Micheline OUEDRAOGO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.