Un bénéficiaire recevant son attestation de reconnaissance d’un officiel.

La Chambre des métiers et de l’artisanat du Burkina Faso et la Banque mondiale ont effectué une mission conjointe de supervision des activités de la composante 2.2 du «Projet emplois des jeunes et développement des compétences», les 9 et 10 avril 2019 à Ouagadougou.

«Le Projet emplois des jeunes et développement des compétences (PEJDC)», financé par la Banque mondiale à 25 milliards de francs CFA pour la période 2014-2018 suit son cours. La composante 2.2 «programme de formation par apprentissage» dudit projet dont l’exécution est à la charge de la Chambre des métiers et de l’artisanat du Burkina Faso (CMA-BF) a fait le bilan de ses activités, les 9 et 10 avril 2019 à Ouagadougou, à l’occasion d’une mission de supervision de la Banque mondiale au Burkina Faso.

A entendre le président de CMA-BF, Jacques Sédégo, des résultats satisfaisants ont été enregistrés aux termes du projet. «Sur 3 471 jeunes, initialement retenus pour la formation par apprentissage dans les domaines de coupe-couture, coiffure, mécanique, électricité-bâtiment, soudure, menuiserie etc. 2 917 apprentis- bénéficiaires dont 1350 filles, (soit 554 abandons) sont maintenant aptes pour le monde du travail, soit en créant leurs propres ateliers, soit en étant employés dans des entreprises artisanales», s’est-il réjoui.

Selon le rapport, les abandons sont dus à plusieurs facteurs dont le retard dans le paiement des allocations, l’orpaillage dans certaines localités, et d’autres faits culturels tels les mariages et aussi les grossesses non désirées. En dépit de cela, il est ressorti que 97% des apprenants ont affirmé être satisfaits de la formation reçue. «Ce projet m’a beaucoup apporté. Le début était difficile.

La chargée du projet à la Banque mondiale, Rebecca Grun, s’est dit satisfaite des progrès enregistrés dans la mise en œuvre du programme.

Avec les préjugés selon lesquels, c’est un domaine réservé aux hommes, je ne savais pas que j’allais y arriver. Mais, avec le temps, je me suis améliorée et aujourd’hui je sais comment alimenter une maison en électricité», s’est félicitée Monica Bayala, apprentie en électricité- bâtiment et énergie solaire.

Dans le même ordre d’idées, son «collègue» Abdoul Aziz Ouédraogo, a salué le projet et remercié les responsables en ce sens qu’il lui a permis de se retirer d’un site d’orpaillage au Mali et apprendre un métier dont il jouit déjà des retombées. En plus de la formation des jeunes, le projet a permis de renforcer les capacités d’environ 1 100 maitres d’apprentissage et aussi de présenter 325 apprentis au Certificat de qualification professionnelle (CQP) session 2018.

En plus de ces résultats, un centre de formation en bâtiment et travaux publics et un autre en agroalimentaire-tourisme-hôtellerie sont en construction à Ouaga-inter dont le taux d’exécution est d’environ 60%. «La construction de ces infrastructures dont la capacité d’accueil prévisionnel est de 100 jeunes par section relève de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) et le projet l’accompagne pour leur équipement et fonctionnement», a précisé le président de la mission, Boureima Nabaloum, par ailleurs chargé d’études au ministère en charge de la jeunesse.

Et la directrice générale adjointe de la CCCI-BF, Patricia Badolo, d’appuyer qu’ils sont à pied d’œuvre pour que les entreprises respectent le délai des travaux fixés en fin juin 2019 afin que la rentrée prévue pour le mois d’octobre soit une réalité. Quant à la chargée du projet à la Banque mondiale, Rebecca Grun, elle s’est dit satisfaite. «Dans la création d’emplois temporaires pour les jeunes, le projet a atteint toutes ces cibles et même dépasser certaines. Il y a également qu’il enregistre un très bon progrès au niveau des travaux d’où notre satisfecit en général», s’est exprimée Mme Grun. Par ailleurs, elle a annoncé que ledit programme prévu pour prendre fin en 2018 a été prorogé jusqu’en fin 2019.

Kadi RABO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.