Le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme a célébré en différé, le jeudi 9 mai 2019 à Kaya, la IVe édition de la Journée mondiale du patrimoine africain.

Le Site des fourneaux de Tiwèga (SFT), situé dans la commune de Kaya, est candidat pour l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). C’est pourquoi, le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT) a porté son choix sur ce site pour la célébration en différé de la IVe édition de la Journée mondiale du patrimoine africain (JMPA), placée sous le thème : «Patrimoine et innovations». C’était le jeudi 9 mai 2019, à Kaya. L’objectif est d’attirer l’attention de la jeunesse burkinabè sur l’utilité de protéger le SFT, en vue de le léguer aux générations futures, selon le Secrétaire général (SG) du MCAT, Dr Lassina Simporé. «Les élèves sont des ambassadeurs du patrimoine burkinabè, à travers leurs téléphones portables.

Etant donné qu’ils sont la relève de demain, cela est un message important que nous lançons afin que chaque parent transmette le patrimoine à son enfant », a-t-il souhaité. Dans le même ordre d’idées, la chargée de mission au département en charge de la culture Mariam Ouédraogo a indiqué que la JMPA constitue un cadre privilégié pour la valorisation du SFT, dans le but de susciter une prise de conscience et une appropriation des enjeux de l’inscription d’un bien au patrimoine mondial. De ce fait, elle a invité les collectivités territoriales à œuvrer à son entretien.

«L’inscription d’un site au patrimoine mondial consacre la valeur universelle de ces biens qui font désormais partie des sites du patrimoine de l’humanité et des principales attractions touristiques du pays», a-t-elle souligné. Depuis l’érection des ruines de Loropéni au rang des biens du patrimoine de l’humanité en 2009 et du parc W en 2017, le MCAT s’est engagé, de l’avis de Mme Ouédraogo, dans un processus d’élaboration de nouvelles propositions d’inscription des biens. Pour le chef du village de Tiwèga, Naaba Sikiri, les trois fourneaux de son village datent du XVe siècle. A l’entendre, il s’agit des aériens à tirage naturel. Après le SFT, le cap a été mis sur le site du festival Wedbindé où sont érigés des fourneaux du Burkina Faso et ceux des pays voisins.

Emil SEGDA
Segda9emil@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.