L’hebdomadaire Conseil des ministres s’est tenu le mercredi 27 novembre 2019 à Ouagadougou, sous la conduite du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Les questions sécuritaire, environnementale et de la protection de la femme étaient au menu.

Le gouvernement est conscient de l’épineuse question du transfert des ressources aux collectivités territoriales. Le Conseil des ministres, tenu hier à Kosyam, s’est penché sur le sujet. A l’issue de la rencontre, le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a indiqué qu’un décret instituant un cadre de dialogue gouvernement-président des collectivités territoriales a été adopté. De son avis, ce cadre devrait favoriser le processus de transfert des compétences et de ressources des collectivités locales. « Il sera aussi, pour les gouvernants, un mécanisme de suivi des réalisations et de la redevabilité », a-t-il précisé. Le porte-parole du gouvernement a aussi fait cas de l’adoption d’un rapport relatif à l’adhésion du Burkina Faso à la Fondation Savane Ouest-africaine au titre du ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique. Selon le ministre Dandjinou, cette adhésion permettra au pays de disposer d’un mécanisme de financement durable pour la gestion du parc de Arly et du parc W et de favoriser la synergie et la complémentarité des interventions dans le complexe W- Arly.

« Il permettra également de mobiliser les opportunités de dotation de fonds pour entretenir les forêts », a relevé M. Dandjinou. Le troisième décret adopté par le Conseil des ministres concerne le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement. Il est relatif à la situation d’exécution du budget et trésorerie de l’Etat, exercice 2019. « Au niveau de la mobilisation des recettes à la date du 30 septembre 2019, nous avions mobilisé 1315,32 milliards F CFA, soit 67,29% des recettes attendues, contre 61,60% des recettes attendues le 30 septembre 2018 », s’est-il réjoui. Sous les prévisions de crédit de paiement, a relevé le ministre, les chiffres sont de 2 304 milliards F CFA, soit un taux d’exécution de 69,96% contre 61,21% en 2018. Pour améliorer ces indicateurs, des recommandations ont été faites par le Conseil à la direction générale des Impôts, à celle du Trésor et de la comptabilité publique et à la direction générale des Douanes pour la mobilisation des recettes.

Intégrer le genre dans la gouvernance sécuritaire

Outre les décrets, le gouvernement a entendu des communications orales. La première a porté sur le suivi et la mise en œuvre des recommandations et engagements de la rencontre gouvernement-président des collectivités territoriales. A ce propos, six recommandations ont été faites. A en croire le porte-voix de l’exécutif, une recommandation a été totalement mise en œuvre et les cinq autres le sont partiellement. La seconde communication a concerné l’adoption d’un plan d’actions national de mise en œuvre des résolutions 1325, 1820 et 2242 du Conseil des Nations unies. «Ce document a été élaboré pour la protection et la réhabilitation de femmes victimes de violences, l’intégration du genre dans la gouvernance du secteur de la sécurité et de la défense», a confié le gouvernement. L’exécutif a, par ailleurs, réagi à la suite du débat en cours sur la signature ou non d’un accord de coopération militaire entre le Burkina et la France. « Nous avons signé un accord de coopération militaire avec la France depuis 2018. Ce type d’accord avait été déjà signé en 2015 sous la Transition. Auparavant, des accords similaires ont été signés. Il n’y a pas de refus d’un gouvernement à s’assumer. Les accords sont signés et doivent être normalement rediscutés à leur terme », a expliqué le ministre en charge de la communication.

Abdoulaye BALBONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.