55e anniversaire de Fraternité matin : un forum sur le repli identitaire

Pour ses 55 ans, le groupe Fraternité Matin organise, en partenariat avec le Groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’Ouest (GEPPAO), un forum international sur les replis identitaires. L’ouverture de l’événement a eu lieu, le jeudi 19 décembre 2019 à Abidjan, en présence du ministre burkinabè des Affaires étrangères et de la Coopération, Alpha Barry et de son homologue ivoirien en charge de la communication et des médias, Sidi Tiémoko Touré.

Créé en 1964 par l’ex-président ivoirien Felix Houphouët Boigny, le leader de la presse écrite ivoirienne, Fraternité Matin, a 55 ans. Pour marquer d’une pierre blanche cet anniversaire, la direction générale de l’organe de presse entend contribuer à la consolidation de la paix (une vertu chère au Feu président Houphouët) à travers un forum international sur les replis identitaires. Organisée en collaboration avec le Groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’Ouest(GEPPAO), les 19 et 20 décembre 2019 à Abidjan, la rencontre a mobilisé plusieurs ministres, des enseignants d’université, des journalistes, des experts en économie et en sécurité sur le thème : « Entre replis identitaires et panafricanisme, quelles perspectives pour la ZLECA ? »

Pour le président du comité d’organisation, par ailleurs directeur général de Fraternité Matin et président du GEPPAO, Venance Konan, la qualité des participants au forum est un témoignage éclatant d’un attachement à Fraternité Matin et à la Côte d’Ivoire. C’est aussi, a-t-il poursuivi, une manifestation de l’intérêt porté sur les risques que font courir les relents identitaires en Afrique sur la prometteuse Zone de libre-échange continentale (ZLECA). « Selon l’Union africaine, ce vaste marché, qui sera le plus grand au monde en terme de nombre de pays couverts, devrait augmenter la taille du commerce africain d’environ 60%, et apporter à terme, des réponses satisfaisantes aux problèmes de compétitivité économique de l’Afrique, et d’emplois pour les jeunes », a-t-il expliqué. D’où la nécessité de relever plusieurs défis, de l’avis du représentant du ministre sénégalais de la Culture et de la Communication, Ousseni Dieng, notamment celui culturel.

Cette rencontre dans la capitale est coprésidée par le ministre burkinabè de la Communication et des Relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou et le ministre ivoirien de la Communication et des Médias, porte-parole du Gouvernement, Sidi Tiémoko Touré. Par son ancien directeur de cabinet, Adama Coulibaly, M. Dandjinou a fait remarquer que le temps des micros Etats est dépassé. « C’est ensemble dans un espace élargi sans préjugés que le continent pourra sortir de la difficile situation actuelle où se nourrir, se vêtir, se soigner est un cauchemar », a-t-il ajouté, en prévenant « Des pays, non des moindres, ont compris, il y a longtemps que lorsqu’on veut aller vite, on va seul, mais pour arriver, il faut aller ensemble. Mais, il faut le dire net, les actions terroristes si elles ne sont pas endiguées, pourraient constituer un frein dans le déroulé de la Zleca ». Le ministre Sidi Tiémoko Touré a, quant à lui, souligné que la Zleca est un grand pas vers le développement du continent, porté par 44 chefs d’Etat africains. En termes de chiffres, selon le ministre Touré, la Zleca sera un marché de 1,2 milliard de consommateurs « pour un Produit intérieur brut combiné de plus de 2500 milliards de dollars ».

Alassane KERE
Envoyé spécial à Abidjan

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.