Les commerçants et les artisans ont lancé une opération  » journée ville morte de 48 heures ‘’pour exprimer leur solidarité au chef de groupes d’auto-défense, Kolgweogo, Boureima Nadbanka de Boulsa.

Bogandé, ce  mercredi 08 janvier 2020, ressemblait à une ville fantôme. Rues presque désertes, boutiques et marché central fermés, c’est  le constat que l’on a pu faire dans la ville. La raison : les commerçants et les artisans de la localité ont fermé leurs boutiques et ateliers, suite à une « journée ville morte » de 48 heures qu’ils ont décrétée pour protester contre l’interpellation, le 24 décembre 2019, du chef des groupes d’auto-défense de Boulsa, El Hadj Boureima Nadbanka,  dans le cadre du dossier du drame de Yirgou.

                    Oyé Ardjima Yempabou Tindano

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.