Le Secrétaire général du ministère en charge de l’environnement, Sibidou Sina (milieu), a indiqué que l’objectif de l’AGREF est de contribuer à la protection et à la valorisation durable des ressources forestières et fauniques.

Le comité de pilotage du programme d’Appui à la gestion durable des ressources forestières (AGREF), a tenu le mercredi 15 janvier 2020 à Ouagadougou, sa deuxième session de l’exercice 2019.

Le programme d’Appui à la gestion durable des ressources forestières (AGREF) a réalisé en 2019, des taux d’exécution physique et financière de 60,7% et 39,63%. Au titre des activités menées, il y a la formation de 711 agents sur diverses thématiques, l’acquisition de 25 kits de jardins nutritifs, de 180 motos pour renforcer les capacités opérationnelles des acteurs sur le terrain, la surveillance continue des espaces de conservation, l’appui à la campagne nationale de reforestation….

Ce bilan a été fait le mercredi 15 janvier 2020 à Ouagadougou lors de la deuxième session de l’exercice 2019 du comité de pilotage du programme. La rencontre a permis également d’examiner et valider le compte rendu de la précédente session et d’adopter le projet de plan de passation des marchés de cette année. Le secrétaire général du ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Dr Sibidou Sina, par ailleurs président du comité de pilotage, a relevé que l’AGREF s’inscrit dans le cadre de l’opérationnalisation du 3e Programme indicatif de coopération (PIC III) 2017-2021, signé le 21 novembre 2016 entre le Burkina et le Grand-Duché de Luxembourg.

Il vise, a-t-il poursuivi, à soutenir la politique nationale en matière de gestion durable des ressources naturelles. «L’objectif global de ce programme est de contribuer à la protection et à la valorisation durable des ressources forestières et fauniques», a-t-il mentionné. Le Grand-Duché de Luxembourg, principal partenaire technique et financier, a, par la voix de son représentant-résident, Hugues Legros, indiqué que son pays intervient dans le domaine de la foresterie au Burkina Faso depuis une dizaine d’années. « Nous sommes très heureux de constater des progrès dans la mise en œuvre du programme », a-t-il soutenu.
Obissa Juste MIEN

 

(Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.