Selon le représentant du ministre de la Sécurité, Clément Ouongo, il faut nécessairement une stratégie nationale de lutte contre la drogue au Burkina.

Les acteurs du Comité national de lutte contre la drogue (CNLD) étaient en assemblée générale ordinaire, le vendredi 17 janvier 2020 à Ouagadougou. Ils ont dressé le bilan des activités de 2019 et valider les perspectives de l’année en cours.

Comment rendre plus opérationnel le Comité national de lutte contre la drogue (CNLD) ? A la question, les premiers responsables de la structure souhaitent l’élaboration d’une stratégie nationale de lutte contre le trafic illicite et l’usage des drogues et autres substances psychotropes au Burkina Faso. Et, c’est au cours de la première assemblée générale de l’année du CNLD, tenue à Ouagadougou, le vendredi 17 janvier 2020, que les acteurs ont formulé le vœu d’une politique «plus poussée» en la matière.

Le directeur de cabinet du ministre de la Sécurité, Clément Ouongo, représentant le ministre, a reconnu qu’il est important d’avoir un document d’orientation des activités. «Ces instruments seront les leviers qui vont nous permettre d’atteindre les objectifs de concertation et de coopération nationales sous-régional et international dans la lutte contre la drogue », a-t-il fait remarquer. Pour lui, il urge de travailler en synergie d’actions afin d’être efficace dans la mission assignée au comité. « En tant qu’organe, chaque membre a un rôle à jouer dans cette lutte.

Et, cette assemblée générale, 15e du genre, va nous permettre de nous pencher véritablement sur les questions émises par le secrétariat permanent en vue de faciliter l’intervention des acteurs et de cultiver la cohérence dans nos efforts de lutte », a déclaré M. Ouongo. Mais pour plus de résultats, le représentant du ministre de la Sécurité pense qu’il convient de repenser le mode de financement du CNLD, en tant que structure coordinatrice, afin de lui permettre de jouer pleinement sa partition.

Renforcer la lutte

L’examen du bilan de l’année écoulée et l’adoption du programme d’activités 2020 était
à l’ordre du jour de l’AG.

Au passage, il a salué les partenaires financiers du comité, notamment la France et les USA. Pour le secrétaire permanent du CNLD nouvellement nommé, le commissaire divisionnaire, Franck Elvis Compaoré, toutes les recommandations issues de la dernière AG et visant à renforcer la lutte auront une suite dans les mois à venir. Il a insisté sur la nécessité d’avoir une stratégie bien ficelée.

Mieux, le commissaire s’est réjoui du bilan de l’ensemble des activités réalisées en 2019, et demeure confiant pour la réalisation du programme de 2020. Toutefois, il a souhaité une coopération entre les différents acteurs en vue de formuler des suggestions et aller à une meilleure amélioration des actions sur le terrain. « La toxicomanie a des conséquences néfastes sur le plan sécuritaire, sanitaire éducatif (…). Il faut agir ensemble pour sauver la jeunesse qui est la frange la plus exposée à ce fléau », a indiqué M. Compaoré.

Wanlé Gérard COULIBALY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.