COVID19: la CIL autorise la divulgation des données

Alors que le coronavirus se propage à travers le monde, avec notamment des cas signalés au Burkina Faso,nous avons une pensée pieuse et ressentons une préoccupation particulière pour nos populations.  A la maison ou au lieu de travail, nous espérons qu’elles contribueront à faire limiter la propagation du virus dans les prochaines semaines en respectant les consignes sanitaires données.

Nous reconnaissons les défis sans précédent auxquels le gouvernement burkinabè et les différentes organisations partenaires sont confrontés dans la lutte contre la propagation du coronavirus (COVID-19).Il est important de relever que ces défis nécessitent des réponses coordonnées,tant au niveau national que mondial, y compris par le partage rapide des informations personnelles par les organisations et les gouvernements.

Il convient de noter que « les données de santé, qualifiées de données sensibles », par notre législation, sont soumises à des conditions particulières de traitement.Cependant, vu le contexte sanitaire mondial et pour des questions de santé publique, la loi portant protection des données personnelles permet de déroger aux intérêts particuliers, lorsque les données doivent être divulguées pour protéger toute une population. La CIL, en tant qu’autorité de protection, s’engage à accompagner les gouvernements en aidant et en facilitant le partage rapide et sûr des données pour lutter contre COVID-19.

Egalement plus, en vue de contribuer à la lutte contre la pandémie actuelle, la communauté des Autorités de protection des données personnelles (APDP), à travers le monde, encourage les individus à communiquer directement entre eux, avec les organismes scientifiques et gouvernementaux les informations relatives à la pandémieen vue de coordonner la lutte au niveau national et mondial.

Tout en recommandant le respect des droits humains dans le traitement des données,nous notons qu’il faut s’interdire de partager des informations dont on n’a pas la preuve de la véracité,afin d’éviter de créer une psychose au sein de la population.

Que Dieu protège le Burkina Faso.

 Marguerite OUEDRAOGO/BONANE

Chevalier de l’Ordre National

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.