Promotion de la langue française : L’ENEP/ Bobo va disposer d’un écosystème éducatif « innovant »

La convention signée entre l’ambassadeur de France (gauche) et le directeur général de l’ENEP/Bobo (droite) va contribuer au renforcement d’un écosystème éducatif « innovant ».

L’ambassade de France au Burkina Faso et l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Bobo-Dioulasso, ont signé le vendredi 10 juillet à Bobo-Dioulasso, la Convention Fonds de solidarité prioritaire pour les projets innovants, les sociétés civiles, la francophonie et le développement humain (FSPI) « Construction d’un écosystème éducatif innovant au Burkina Faso dans la région des Hauts-Bassins ». Le projet permettra l’introduction des technologies de l’information et la communication pour l’enseignement dans le milieu éducatif à travers la formation des enseignants.

L’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Bobo-Dioulasso va bientôt disposer d’un écosystème éducatif « innovant ». A cet effet, l’ambassade de France au Burkina Faso et l’ENEP ont signé, le vendredi 10 juillet 2020, une convention. Cette convention intitulée FSPI (Fonds de solidarité prioritaire pour les projets innovants, les sociétés civiles, la francophonie et le développement humain), va contribuer au renforcement d’un écosystème éducatif « innovant », à travers la formation initiale et continue du corps enseignant et l’appui aux structures de formation des maîtres.

Il vise également à consolider les capacités pédagogiques et professionnelles des enseignants et à optimiser les chances de réussite scolaire et sociale des élèves. De par une modernisation des stratégies d’enseignement-apprentissage, le projet propose de travailler sur une approche didactique plus proche des besoins réels des élèves. Estimé à 67 millions F CFA, le projet va s’exécuter sur 2020-2021 et le projet devra permettre la mise en place d’une cyberclasse à l’ENEP de Bobo-Dioulasso, le centre de langues à l’Institut français de Bobo-Dioulasso et la Direction régionale des Enseignements post-primaire et secondaire (DREPS) des Hauts-Bassins.

Selon l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade, le projet va soutenir l’ENEP dans la mise en place d’outil informatique et de connexion informatique pour davantage enseigner avec les supports numériques. « Enseigner les maîtres pour qu’à leur tour, ils apprennent aux élèves l’utilisation de l’outil informatique ou à faire l’enseignement à distance », a-t-il soutenu. En effet, le projet tient à cœur à l’ambassade de France, car il permettra aux écoles franco-arabes de rehausser le niveau de leurs élèves en français, a poursuivi le diplomate français.

Pour le directeur général de l’ENEP/Bobo-Dioulasso, Roger Kaboré, le projet est une nouvelle approche d’enseignement, dans laquelle les maîtres vont acquérir de nouvelles compétences qui, à leur tour, vont transmettre aux élèves. Tout en remerciant l’ambassade de France pour la signature de cette convention, Roger Kaboré a laissé entendre que le projet permettra d’opérer un changement de son établissement. « Il faut dépasser l’enseignement classique et faire en sorte que les Technologies de l’information et de la communication de l’enseignement (TICE) soient utilisées en classe et en dehors des classes », a-t-il poursuivi. Avant la cérémonie de signature de la convention, l’ambassadeur français a visité les installations de l’ENEP

Boudayinga J-M THIENON
boudayinga1940@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.