Offres de santé au Burkina : les médecins exposent leurs préoccupations à Bala Sakandé

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a reçu successivement en audience, le président du Conseil national de l’Ordre des médecins, Pr Charlemagne Ouédraogo et celui de l’Union nationale des sociétés coopératives des producteurs semenciers du Burkina (UNPS-B), Inoussa Ouédraogo.

L’Ordre des médecins du Burkina veut un nouveau mode de financement et d’acquisition des offres d’équipements biomédicaux pour dynamiser davantage le système de santé. Une délégation de la structure l’a fait savoir au président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sankandé, au cours d’une audience, le jeudi 20 août 2020, à Ouagadougou. Pour le président de l’Ordre des médecins, Pr Charlemagne Ouédraogo, le mode d’acquisition des équipements biomédicaux ne donne pas satisfaction, comme l’a relevé un rapport produit par le Parlement sur la question.

« Nous avons échangé sur un certain nombre de préoccupations en rapport avec notre système de santé et l’offre de soins au Burkina, notamment le financement des hôpitaux. Nous avons voulu qu’il y ait un autre mode de financement afin de pouvoir régler les questions de santé », a déclaré Charlemagne Ouédraogo, à sa sortie d’audience. Il a ajouté qu’il a aussi été question, avec M. Sakandé, des écoles privées de santé, au regard de l’engouement que le secteur connaît. Pour que « les produits » issus de ces écoles puissent répondre véritablement aux préoccupations sanitaires, a-t-il fait savoir, un cahier de charges a été élaboré par l’entremise du ministère en charge de l’enseignement supérieur. « Ce cahier de charges est un gage de la qualité de la formation auquel chaque entrepreneur dans le domaine doit se conformer », a-t-il soutenu. La délégation a souhaité que la représentation nationale ait un regard sur la question pour plus d’efficacité et d’efficience dans les offres de soins sanitaires. A en croire le Pr Ouédraogo, le PAN a demandé de lui soumettre toutes ces préoccupations, sous forme de mémorandum, afin qu’il puisse s’y pencher.

l’Union nationale des sociétés coopératives des producteurs semenciers du Burkina (UNPS-B) qui a été reçue par le chef du parlement burkinabè. Conduite par son président, Inoussa Ouédraogo, la délégation a indiqué avoir fait le bilan de la première édition des journées promotionnelles des semences agricoles, et de bien d’autres questions liées au fonctionnement de la structure.

« Nous sommes passés remercier le président de l’Assemblée nationale et lui témoigner notre gratitude pour son accompagnement lors de notre journée promotionnelle des semences agricoles », a indiqué Inoussa Ouédraogo. Pour lui, ces journées qui se sont tenues grâce à l’accompagnement du président Sakandé ont permis de faire connaître la filière sur le plan national et au-delà des frontières du Burkina.
« Nous avons vendu 25 tonnes de semences et cela a permis à certains pays de connaître le Burkina », a-t-il souligné. C’est pourquoi, il a encore souhaité son appui pour la tenue de la 2e édition.

Soumaïla BONKOUNGOU
Alimatou COMPAORE
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.