Occupation anarchique des couloirs des lignes électriques

La Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL) a lancé officiellement une campagne de sensibilisation à l’occupation des couloirs des lignes électriques au Burkina Faso, le mardi 15 septembre 2020 à Zagtouli, à la périphérie Ouest de Ouagadougou.

C’est parti pour la campagne de sensibilisation à l’occupation des couloirs des lignes électriques au Burkina Faso. Pour l’occasion, c’est le marché de Zagtouli à la périphérie ouest de Ouagadougou qui a servi de cadre au lancement de la campagne, le mardi 15 septembre 2020. L’initiative est de Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL). La population de cette contrée, sortie massivement, a été tenue en haleine une trentaine de minutes, à travers un théâtre forum sur les conséquences de l’occupation anarchique des couloirs des lignes électriques.
Dans une prestation teintée d’humour, la troupe « Théâtre de l’Espoir » dans sa sensibilisation a invité les populations à éviter de s’installer au bas des poteaux haute tension. Dans le jeu de rôle entre populations et acteurs de la troupe théâtrale, le message-clé était que la rupture d’un câble électrique ou une pluie peut créer des dommages aux personnes qui sont aux alentours.
Les volontaires qui ont donné de bonnes réponses aux différentes questions à l’issue du théâtre forum sont repartis avec des gadgets. Selon le directeur de cabinet du ministre de l’Energie, Idrissa Konditamdé, dans le cadre du vaste projet d’électrification des différentes localités du Burkina Faso, d’énormes infrastructures ont été réalisées et il n’en demeure pas moins qu’elles peuvent causer des dommages en cas de mauvais comportement des populations. C’est, conscient de cet état de fait, a-t-il indiqué que cette campagne de sensibilisation des populations a été entreprise. « Il y a des recommandations qui ont été faites par les techniciens de sorte que pour les lignes de haute tension, qu’il y ait une distanciation de part et d’autre de 25 m et 15 m pour les moyennes tensions. Nous demandons aux populations de respecter scrupuleusement ces recommandations pour éviter de connaître ces cas dramatiques comme des cas d’électrocution que nous avons souvent vécus dans certaines situations », a exhorté Idrissa Konditamdé. Le directeur de cabinet du ministre de l’Energie dit être rassuré qu’après le passage de l’équipe de la campagne de sensibilisation, il n’y aura plus de construction à côté des lignes haute tension ou d’installations. « J’invite les autorités administratives, religieuses et coutumières à s’impliquer dans cette campagne à travers la sensibilisation pour que les populations respectent les mesures qui ont été édictées par la SONABEL », a-t-il plaidé. Pour le Directeur général (DG) de la nationale d’électricité (SONABEL), Baba Ahmed Coulibaly, le risque est suffisamment élevé qu’il est urgent de se mobiliser pour éviter que des individus n’occupent pas ces couloirs de lignes qui constituent un danger. « Nous pouvons donc dire que le message est véritablement passé avec le théâtre forum qui est un outil de sensibilisation efficace », s’est-il réjoui. Le DG Coulibaly a informé que cette campagne qui a débuté à Zagtouli va se poursuivre dans les autres arrondissements de la ville de Ouagadougou et se fera dans les après-midis. « Le public peut poser des questions pour avoir de plus amples informations, car, nous sommes conscients que certaines personnes ignorent le danger qu’ils encourent.
Il faudra qu’elles arrêtent de construire, de s’installer ou de cultiver sous les lignes de haute tension. Cela y va de leur santé», a relevé le DG de la SONABEL. Passée la phase de la sensibilisation, a prévenu Baba Ahmed Coulibaly, les contrevenants seront soumis à la rigueur de la loi.

Paténéma Oumar
OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.