Balo d’or 2020 : les lauréats reçoivent leurs prix

Sélectionnés parmi les meilleurs exploitants familiaux lors de la nuit dédiée au monde paysan, le jeudi 1er octobre 2020, les lauréats de la première édition de ’’Balo d’or’’ ont reçu, le mardi 20 octobre 2020 à Ouagadougou, leurs récompenses.

La joie se lisait sur les visages des lauréats de la première édition de ’’Balo d’or’’ ce mardi 20 octobre 2020. En effet, ils viennent d’entrer en possession de leurs récompenses. Une remise au cours de laquelle, les lauréats ont salué les efforts du gouvernement en faveur du monde paysan. « Aujourd’hui est un grand jour, car en tant que productrice, on ne s’attendait pas à ce que nos efforts soient reconnus. Le geste du président du Faso vient nous rappeler que nous devons redoubler d’efforts pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire », a dit la meilleure exploitante familiale, Sylvie Bobodo Kassongo. Convaincue que le monde paysan peut nourrir convenablement les Burkinabè, Mme Kassongo a plaidé pour plus de valorisation des cultures locales.

« J’exploite 5 ha de bananes où j’ai expérimenté plusieurs variétés pour montrer qu’au Burkina Faso, on peut produire les mêmes variétés de bananes que les pays voisins », a-t-elle indiqué. Quant au meilleur exploitant, Bassirou Siénnou, il a avoué que ce prix qu’il a reçu va le réconforter dans ce qu’il fait. « De nos jours, j’ai compris que seul le travail paye. Si j’ai été primé aujourd’hui, c’est parce que j’ai suivi les conseils des techniciens d’agriculture et d’élevage qui sont sur le terrain afin de nous montrer les meilleures techniques de production », a soutenu M. Siénnou. Il a remercié l’ensemble des acteurs venus constater de visu son travail. « Je viens d’un village profond du pays et je ne pouvais pas imaginer me tenir devant vous pour m’exprimer aux yeux du monde. Si je suis à Ouagadougou, je le dois à ceux qui ont reconnu mes mérites », a-t-il souligné.

Fédérer les efforts pour impacter plus

Pour la représentante du président du comité d’organisation, Maïmouna Ouédraogo, le ’’Balo d’or’’ est un moment de rétrospection pour récompenser les producteurs qui ont appliqué à la lettre les connaissances acquises et contribué à augmenter la production au niveau national. « Une récompense est toujours un encouragement qui peut amener la personne à faire un peu plus », soutient-elle. Organisée dans le cadre du projet ’’Voix pour le changement’’, cette activité est exécutée par quatre organisations locales, en partenariat avec l’ONG néerlandais SNV depuis 2016. Et le ’’Balo’’ qui signifie en langue Dioula, les ’’vivres’’, sans distinction de spéculation a permis de distinguer pour cette première édition, vingt et un (21) producteurs, toutes catégories confondues, qui ont été sélectionnés sur des critères minutieusement élaborés grâce à l’appui des directions provinciales et régionales d’agriculture, a expliqué Mme Ouédraogo.

Elle a lancé un appel à plus de communication dans l’organisation des événements en rapport avec le monde paysan.
« Nous avons suivi, à travers les médias, une activité similaire. Les différents acteurs gagneraient à communiquer pour une meilleure synergie d’actions », a suggéré Mme Ouédraogo. En rappel, Dans la catégorie, le meilleur exploitant familial, c’est Bassirou Siénnou de la région de la Boucle du Mouhoun qui a remporté l’or. Il a été suivi par Habibou Sawadogo du Plateau central qui est repartie avec l’argent et Alidou Bandé de la région du Centre-Sud qui a remporté le bronze. Le premier a reçu un motoculteur, une batteuse-vanneuse polyvalente, un équipement individuel, de l’aliment bétail, le tout d’une valeur de 5 000 000 F CFA. Le deuxième a reçu un motoculteur, deux charrettes, une brouette, un équipement individuel et 4 000 000 F CFA en espèces.

Le troisième a eu une batteuse-vanneuse polyvalente, deux charrettes, une charrette utilitaire, une brouette, une désherbeuse, un équipement individuel d’une valeur de 3 000 000 F CFA. Dans la catégorie, meilleure exploitante familiale, le premier prix est revenu à Sylvie Bobodo Kassongo/Sama de la province du Houet. La catégorie, meilleur jeune exploitant a vu le sacre de Yaya Paré de la province du Nayala. Chacune a également reçu un prix équivalent à son rang. Le premier prix de la meilleure organisation paysanne a été décerné à la coopérative simplifiée Wendpanga du Ganzourgou et le prix du meilleur encadreur agricole à Athanase Kouama, chef de zone d’appui technique de Niou dans la région du Plateau central.

Donald Wendpouiré

NIKIEMAtousunis.do@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.