Le Burkina et la France renforcent leur coopération culturelle

Le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT), en collaboration avec l’Institut français, a ouvert, le mardi 17 novembre 2020 à Ouagadougou, les journées cinématographiques franco-burkinabè.

Célébrer l’amitié entre le Burkina Faso et la France à travers la promotion et la valorisation du cinéma. C’est l’objectif que vise le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT). A cet effet, il a, en partenariat avec l’Institut français, ouvert les journées cinématographiques franco-burkinabè, le mardi 17 novembre 2020 à Ouagadougou. Du 17 au 27 novembre, les salles de cinéma de Koudougou, Bobo-Dioulasso ainsi que celles de la capitale, auront en affiche, des films Burkinabè notamment de Gaston Kaboré, Apolline Traoré et Boubacar Diallo. « Des causeries-débats, des masters class mais aussi des films français y seront afin que les jeunes s’intéressent au secteur », a dit le Directeur général (DG) du cinéma et de l’audiovisuel, Evariste Pooda. Selon lui, c’est la coopération cinématographique avec la France qui a permis d’alimenter les télévisions de nombreux pays africains avant la production des films d’acteurs noirs. L’ambassadeur de la France au Burkina, Luc Hallade, a salué la tenue de cette journée. A l’entendre, l’histoire des peuples français et burkinabè est intrinsèquement liée. « Les 3700 Français enregistrés au consulat, ils sont nombreux les Franco-burkinabè», a-t-il confié. Quant au ministre en charge de la culture, Abdoul Karim Sango, il a indiqué que ces journées viennent compléter le tableau des activités cinématographiques. Et pour les pérenniser, il a promis la réhabilitation des salles de cinéma et le financement des créations des films. Pour lui, le cinéma peut être source d’emplois pour les jeunes. Aussi, le ministre a fait savoir que la vulgarisation de la culture du cinéma permettra de mobiliser des ressources pour l’Etat. M. Sango a déploré que des cérémonies de ce genre soient rares alors que le Burkina Faso est « le centre du cinéma africain ». Il a exhorté la
jeunesse à faire de ces journées cinématographiques une réussite.

Frank POUGBILA
(Collaborateur)

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.