VIIIe législature : Un comité ad hoc pour réécrire le règlement de l’Assemblée nationale

Selon le PAN, Bala Sakandé, la question du genre a été prise en compte dans la formation du comité ad hoc.

L’Assemblée nationale a installé, le jeudi 7 janvier 2021 à Ouagadougou, le comité ad hoc chargé de réécrire le règlement de l’institution parlementaire de la VIIIe législature.

Après la réélection de Alassane Bala Sakandé comme Président de l’Assemblée nationale (PAN), le 28 décembre 2020, l’institution continue de réunir les conditions pour le bon fonctionnement de la 8e législature. En effet, le parlement a installé, hier jeudi 7 janvier 2021, le comité adhoc chargé de la relecture du règlement qui va régir la vie de l’institution durant les cinq prochaines années. La commission est composée de 23 députés et de 7 membres de l’administration parlementaire. Selon le PAN, Bala Sakandé, les députés ont l’obligation d’élaborer un règlement à chaque législature.

La 7e législature en disposait et avait été élaboré dans un esprit de consensus, a-t-il indiqué. « Cette règle ne sera pas dérogée. Dans l’esprit de la continuité, le consensus sera encore notre boussole », a-t-il précisé. La nouvelle assemblée est constituée d’au moins 15 partis politiques. A ce propos, Alassane Bala Sakandé a confié que chaque parti politique a au moins un représentant au sein dudit comité. Notre souhait est que chaque formation politique puisse apporter sa contribution pour enrichir le document, a-t-il soutenu. « Même si un parti a un seul député, ce dernier doit pouvoir s’exprimer car il représente peut-être la voix de 5 000 Burkinabè ou plus », a expliqué le président de l’Assemblée nationale.

De l’avis de M. Sakandé, la désignation des membres de la commission a aussi tenu compte du genre à travers la présence des femmes et des jeunes. Les membres du comité installés ont dix jours (du 11 au 20 janvier) pour livrer les fruits de leur réflexion. Le projet de règlement qui sortira de ce conclave sera transmis au Conseil constitutionnel, le lundi 25 janvier. Selon la loi, les Sages ont au maximum une semaine pour se prononcer sur la conformité du texte à la Constitution du pays.
« C’est au bout de ce processus que nous pouvons poursuivre la mise en place des organes de l’Assemblée nationale prévue du 1er au 6 février », a fait savoir le président du parlement.

Abdoulaye BALBONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.