Campagne agricole humide 2021-2022 : 5 991 394 tonnes de céréales attendues

En actionnant ce motoculteur, le ministre de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, lance officiellement la campagne agricole humide 2021-2022.

Le ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydro-agricoles et de la Mécanisation, Salifou Ouédraogo, représentant le Premier ministre, a lancé officiellement la campagne agricole humide 2021-2022, le jeudi 27 mai 2021 à Bangrin, un village de la commune de Loumbila.

«Pour cette campagne agricole, nous devrons poursuivre la mise en œuvre de l’initiative présidentielle : produire un million de tonnes de riz paddy qui doit contribuer à la réalisation de celle visant à assurer à chaque enfant en âge scolaire, au moins un repas équilibré par jour ainsi qu’à la réduction de la facture de l’importation de riz ». C’est en ces termes que le ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydro-agricoles et de la Mécanisation, Salifou Ouédraogo, a formulé l’objectif de la campagne agricole humide 2021-2022 dont le lancement est intervenu, le jeudi 27 mai 2021 à Bangrin, un village de la commune de Loumbila.

Le ministre Ouédraogo a indiqué qu’au titre de la campagne agricole 2021/2022 qui s’annonce, les objectifs de production agricole se déclinent comme suit : 5 991 394 tonnes de céréales dont 1 000 000 tonnes de riz, 1 736 749 tonnes de culture de rente et 989 023 tonnes des autres cultures vivrières. « Pour atteindre ces résultats, et c,e malgré les contraintes budgétaires qui s’imposent à nous, le gouvernement mettra à la disposition des producteurs et productrices à prix subventionnés dans l’ensemble des 13 régions, entre autres : 30 836 tonnes d’engrais minéraux (Urée, NPK, Burkina phosphates), 5 000 tonnes de semences améliorées, 368 équipements motorisés dont 285 motoculteurs avec accessoires, au moins 100 tracteurs équipés, et plus de 2300 équipements de traction animale », a-t-il révélé.

Placée sous le thème : «Distribution électronique des intrants et équipements agricoles : rôle et implication des acteurs pour une opération réussie », il est une invite à travailler pour que le mécanisme de distribution électronique des intrants et équipements agricoles en cours de mise à l’échelle par le ministère, puisse permettre à tous les producteurs vulnérables de bénéficier des avantages qu’offre ce mécanisme. Selon le représentant de la Chambre nationale d’agriculture (CNA), Eric Zougmoré, le thème traduit la volonté des plus hautes autorités, d’œuvrer à ce que tous les acteurs concernés travaillent en symbiose pour la satisfaction des besoins en intrants et équipements des producteurs du Burkina Faso.

Veiller à l’application de l’article 53

« Pour notre part, la CNA reste engagée pour l’accompagnement à la professionnalisation des acteurs à travers l’enregistrement des exploitations et la délivrance des cartes professionnelles aux producteurs. Elle veillera à ce que l’article 53 de la loi 070 portant loi d’orientation agro-sylvo-pastorale, halieutique et faunique soit appliqué de façon stricte », a-t-il indiqué. Pour le parrain de la cérémonie, le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Eric Bougouma, son département et celui de l’Agriculture sont complémentaires et le thème commande qu’ils travaillent de concert pour que les producteurs n’aient pas assez de difficultés pour écouler leurs produits.

« Le président du Faso dans son programme politique et dans le nouveau référentiel de développement accorde, encore pour les cinq années à venir, une place importante dans le désenclavement intérieur et extérieur de notre pays. Au niveau des constructions des pistes rurales, nous avons prévu de réaliser 3 500 km de pistes. Avec le ministère de l’Agriculture, nous avons un programme qui comporte
1 000 km de pistes rurales », a informé le ministre Bougouma. Le représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Dauda Sau, a salué le gouvernement burkinabè, notamment le ministère de l’Agriculture pour l’avoir associé à son institution à chaque lancement de campagne.

Ce qui constitue de son avis, une forte interpellation pour son rôle capital dans la valorisation de la chaine de valeur des filières du secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique. Le représentant Sau a annoncé qu’au titre de la présente campagne, son organisation va apporter une contribution de 630 millions F CFA au profit des productrices et producteurs, 4 104 tonnes de semences céréalières, 52 995 tonnes de semences de niébé, 315 200 tonnes d’engrais minéraux, 406 250 tonnes d’engrais organiques ainsi que plusieurs équipements agricoles (des motopompes, des motoculteurs, des semoirs riz, des égreneuses multifonctions des batteuses de riz,…). «Je tiens à réaffirmer l’engagement et la disponibilité de la FAO pour tout appui technique nécessaire pour la production agricole de la saison humide », a-t-il insisté.

Paténéma Oumar OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.