Appel à l’unisson

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, s’est adressé à la Nation, à travers un discours hier dimanche 27 juin 2021. Un message attendu par ses compatriotes depuis la survenue de la barbarie terroriste à Solhan dans la nuit du 4 au 5 juin dernier, ayant causé 132 morts et de la perte, deux semaines plus tard, de 11 policiers à la suite d’une embuscade tendue contre leur convoi entre Barsalogho et Foubé au Centre-Nord.

Deux tueries de trop qui révèlent que la résilience des Burkinabè n’est pas sans borne. Pour marquer son amertume et sa préoccupation face à la cruauté, Roch Marc Christian Kaboré s’est approprié « la réaction légitime de ses compatriotes de tous bords » dans ces moments de doute où les Burkinabè doivent éviter de se battre alors que la pluie torrentielle s’abat sur eux. Ce n’est ni le moment, ni l’occasion. Voici pourquoi le président du Faso appelle ses concitoyens en ces circonstances difficiles à épouser le triptyque
« unité, cohésion et engagement » qui porte toute sa quintessence.

Car, jamais, ces mots n’ont porté une charge émotionnelle aussi lourde qu’en ces instants où les compatriotes se laissent emporter par le doute et la peur de guerre lasse. Dans cette ambiance lourde, le pas à ne pas franchir sera de se substituer aux terroristes et de nous faire la guerre pour eux. Rappelons-nous surtout que pour le terroriste, les victimes comptent peu, seuls ceux qui leur survivent constituent ce terreau dans lequel, ils puisent les ressources pour mener leur prétendue lutte. Les Burkinabè ne doivent en aucun cas se tromper d’ennemis. Car, si ennemi il devrait y avoir, il n’est ni dans le gouvernement, ni dans la majorité, ni dans l’opposition, ni dans la société civile. Il est bien identifié. Comme tel, il doit être combattu avec la dernière énergie.

Le Burkina Faso, pays des Hommes intègres, a les moyens de contenir cette furie terroriste. Ses filles et fils, unis autour des Forces de défense et de sécurité (FDS) et de toutes les forces supplétives, notamment les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) constituent ce rempart sur lequel ces hordes de criminels viendront se fracasser.
C’est pourquoi Roch Marc Christian Kaboré demande « instamment à tous ceux qui s’organisent, notamment les partis politiques et les organisations de la société civile de surseoir aux marches et meetings projetés afin de ne pas faire le lit de notre désunion ».

Le sens historique de la participation à l’édification d’une nation forte se mesure à la capacité de ses filles et fils à se surpasser pour regarder l’intérêt général. Si nous voulons réussir le legs à nos enfants dans un pays stable et fort, nous devons
« individuellement et collectivement, Burkinabè de l’intérieur comme de l’extérieur, faire de la lutte contre le terrorisme une affaire de chacun et de tous ».

Le président du Faso salue alors « les acquis engrangés sur le terrain par les forces de défense et de sécurité, avec l’apport conséquent des Volontaires pour la Défense de la patrie qui ont permis d’infliger aux groupes terroristes, des pertes significatives, les amenant à changer leurs tactiques pour s’en prendre lâchement aux populations civiles ». Et si les différents sentiers de cohésion, la réconciliation nationale qui se mène sans accroc, le dialogue politique, « troublaient » le sommeil de ces terroristes qui savent désormais qu’ils pourront passer de mauvais quarts d’heure au Burkina, expliquaient cet acharnement sur des personnes « inoffensives » ?

Dans tous les cas, au regard des enjeux liés à la situation sécuritaire d’ensemble, Roch Marc Christian Kaboré, en sa qualité de Chef suprême des armées, a décidé de prendre des mesures. Le mot « décidé » a toute sa portée, il peut se comprendre comme une opérationnalisation « immédiate » parce qu’il est question de « rétablir la confiance avec notre peuple, dans le secteur de la sécurité ».

Puisque, « le doute sur notre capacité à vaincre l’ennemi n’est pas permis ». Et Roch Marc Christian Kaboré de réitérer son souhait de Burkinabè unis, parlant d’une seule voix, d’où sa forte conviction : « ensemble, unis et déterminés, nous y parviendrons ».
Ce message présidentiel d’apaisement, d’union sacrée et d’inaltérable détermination sera suivi, sans doute, de mesures et correctifs nécessaires à la hauteur, espérons-nous, de l’affront terroriste et des attentes légitimes de ses concitoyens. Mais toujours à l’abri de la frénésie.

Par Mahamadi TIEGNA

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.