Le retour politique de Laurent Gbagbo

L’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) et qui a regagné son pays le 17 juin dernier, est sur le point de faire ses adieux à son parti, le Front populaire ivoirien (FPI). Du communiqué final de la réunion du Comité central du Front populaire ivoirien (FPI), tenue le lundi 9 août 2021, il apparaît clairement qu’il n’entend pas s’engager dans un bras de fer juridique avec Pascal Affi N’Guessan autour de la présidence du parti. Il préfère cultiver son jardin. « Le Président Laurent Gbagbo n’entend pas s’engager dans une bataille juridique avec Monsieur Affi N’Guessan.

Dès cet instant, il a proposé au Comité central, la création d’un nouvel instrument de lutte conforme à notre idéologie et nos ambitions », peut-on lire dans le communiqué qui a sanctionné la fin de la rencontre. Déjà, l’absence de Pascal Affi N’Guessan à cette réunion augurait que la rupture est définitivement consommée entre les deux personnalités. Ainsi, par cette décision de créer « un nouvel instrument de lutte », Laurent Gbagbo annonce son grand retour sur l’échiquier politique ivoirien.

Ceux qui avaient prédit qu’il allait simplement se contenter de jouer un rôle majeur dans le processus de réconciliation nationale en Côte d’Ivoire et s’offrir une retraite bien méritée ont menti. Conscient de l’immense popularité dont il jouit dans son pays et conforté dans ses convictions par son acquittement à la CPI, l’ex-chef d’Etat ivoirien veut peser de tout son poids face à son challenger qu’est le président Alassane Ouattara.

S’il venait à créer son nouveau parti politique, c’est une grande page politique qui se tourne avec son départ du FPI, qu’il a cocréé en 1982 avec son épouse Simone Gbagbo, Abdoudramane Sangaré, Emile Boga Doudou, Assoa Adou, Pascal Kokora et Pierre Kipré. Fin politique et stratège, Laurent Gbagbo a compris qu’engager une bataille juridique avec Pascal Affi N’Guessan serait une débauche d’énergie inutile. L’initiative de porter sur les fonts baptismaux, un nouveau parti politique est également le signe que la rivalité entre le trio Ouattara-Bédié-Gbagbo va encore se poursuivre pour quelques années en terre d’Eburnie.

Il reste à savoir le rôle que va jouer Simone Gbagbo aux côtés de Laurent Gbagbo, dans cette nouvelle aventure politique, sous fond de divorce. Une chose est sûre, de son côté, elle nourrit la farouche volonté d’être présente sur la scène publique ivoirienne, en témoigne sa sortie dans son fief à Bonoua, le 8 août dernier où elle s’est adressée à 2000 de ses partisans. L’annonce de la création d’un parti politique par Gbagbo va certainement redistribuer les cartes dans les différentes factions du FPI. Les jours à venir nous situeront davantage.

Karim BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.