Lutte contre la criminalité urbaine : Cinq réseaux de malfrats mis hors d’état de nuire

De nombreux instruments, dont une arme d’assaut, étaient utilisés par ces individus dans leur mode opératoire.

Le commissariat central de police de Ouagadougou a présenté, le mercredi 13 octobre 2021, cinq réseaux de délinquants spécialisés dans le vol à l’arraché, le trafic de stupéfiants, les agressions à main armée et les cambriolages.

« Le 20 février 2021, aux environs de 13 heures, je suis allée rendre visite à ma sœur. Arrivée, la fille de maison était à la porte et je lui ai confié la moto le temps de saluer ma soeur. Quand je suis rentrée, la petite aussi est rentrée pour boire une gorgée d’eau. A sa sortie, la moto avait disparu ».

Ce récit est de Félicité Yvonne Yaméogo, une victime de vol qui vient de rentrer en possession de sa moto grâce au travail de la police de Ouagadougou. Tout comme elle, d’autres personnes dormiront « tranquilles », car la Police nationale de la capitale vient de démanteler des réseaux : de vol à main armée, de présumés trafiquants de drogue, de voleurs par effraction et d’agresseurs.

Le butin de cette opération des services de police fait ressortir, deux pistolets automatiques calibres 7,65 mm, semi-automatique 9 mm, un fusil kalachnikov, trois minutions de calibre 7,65 mm, une quantité de drogue, dix-sept engins à deux roues, dix téléphones portables, vingt-trois sachets de cannabis, six couteaux baïonnette, six téléphones portables en mauvais état, quatre ordinateurs portables…récupérés entre les mains de ces différents gangs.

D’un âge compris entre 20 et 52 ans, ces individus opéraient dans les quartiers Rimkièta, Gounghin, Kamboinsin, Dapoya, Bonheur-ville, etc. et leur mode opératoire était fonction du groupe. Selon le commissaire principal de police, Aimé Salvador Bougma, parmi les interpellés figure un élément des Forces de défense et de sécurité (FDS). « Il prêtait son arme de service aux délinquants qui partaient commettre leurs forfaits », a-t-il souligné.

Revenant sur les publications sur la toile de l’arrestation du présumé agresseur de l’étudiante Mounia Drabo, le principal est catégorique. « Jusque-là, nous ne sommes pas informés d’une éventuelle arrestation d’individu correspondant à l’identité du présumé agresseur. Les investigations se poursuivent et nous espérons mettre la main sur le coupable de ce crime odieux », a précisé le commissaire principal Bougma.

Il a aussi fait le point des patrouilles de sécurisation effectué durant le mois de septembre 2021 dans les zones criminelles de Ouagadougou. « 2825 personnes contrôlées, 34 interpellées et gardées en vue. 215 engins à deux roues mis en fourrière. 743 engins à trois roues contrôlés, 45 mis en fourrière. 494 engins à quatre roues fouillés et contrôlés, 17 mis en fourrière. Les documents saisis : 14 cartes grises et 4 permis de conduire », a indiqué le commissaire.

Face à l’insécurité grandissante dans la ville, M. Bougma a recommandé plus de vigilance à la population et à plus de collaboration. « Si, nous avons réussi ce coup de filet, c’est grâce à des informateurs et nous avons obligation de protéger ces personnes-ressources. Donc, lorsque vous voyez des cas suspects, n’hésitez pas, composez le 17 pour la police, le 16 pour la gendarmerie ou le 1010 pour le CNVA », a lancé le commissaire principal de police.

Sidgomdé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.