Convention révisée SITARAIL/Bolloré : des manifestants exigent son annulation

A l’appel du Consortium Burkina 2050, plusieurs personnes et des organisations de la société civile ont marché, le jeudi 3 mars 2022 à Ouagadougou, pour exiger l’annulation de la convention révisée portant gestion du chemin de fer avec SITARAIL /Bolloré.

Les membres du « Consortium Burkina 2050 » exigent l’annulation de la convention révisée portant gestion du chemin de fer avec SITARAIL et Bolloré. A cet effet, ils ont organisé, le jeudi 3 mars 2022 à Ouagadougou, une marche pour dénoncer les 27 ans de gestion du chemin de fer par l’entreprise Bolloré. Les marcheurs sont partis du rond-point de la Bataille du rail pour se rendre à l’entreprise Bolloré, puis le ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière.

« Bolloré dégage », « Le chemin de fer burkinabè aux Burkinabè », « Nous exigeons l’annulation du contrat », sont, entre autres, les slogans que scandaient les marcheurs. «Le Burkina Faso a reculé économiquement à cause de la mauvaise gestion de notre chemin de fer. 9 gares ont été fermées. Le transport est au ralenti. Des commerçants ne peuvent plus avoir des wagons pour amener leurs marchandises en Côte d’Ivoire. Nos routes sont dégradées. On veut que ça s’arrête maintenant. C’est tout ce que nous demandons. Pas de vente de SITARAIL à une autre multinationale», a martelé la coordonnatrice du Consortium Burkina 2050, Nestorine Sangaré. Les manifestants ont remis un message à l’entreprise Bolloré et un autre au ministère en charge des transports. Le secrétaire général chargé de l’expédition des affaires courantes dudit département ministériel, Bernard Bemba, a salué la « marche pacifique » et l’initiative des manifestants. «Depuis 27 ans de privatisation des rails, il est temps que Bolloré laisse la gestion du chemin de fer pour une autre entreprise. En plus, il veut vendre le contrat à une autre entreprise d’ici fin mars.

Il veut se débarrasser des droits des gens qu’ils ont licenciés », a affirmé le coordonnateur du mouvement Front de défense pour la patrie, Lassané Sawadogo. Des ex-travailleurs de la Société internationale de transport africain par rail (SITARAIL), regroupés au sein du syndicat des retraités du chemin de fer du Burkina Faso, membre du Consortium Burkina 2050, ont également pris part à la marche. «Malgré la sentence arbitrale rendue le 14 août 2007 en faveur de ces travailleurs, SITARAIL a refusé d’exécuter et de délivrer les documents nécessaires pour la pension de retraite. Nous récusons la vente du projet ferroviaire du groupe Bolloré à une quelconque multinationale au vu des manquements graves observés dans la convention de concession initiale, qui nous a gérés depuis 23 ans et la convention de concession révisée », a prostesté le secrétaire général dudit syndicat, Moutaga Traoré.

Synthèse de W. Aubin NANA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.