Les participants ont amendé et adopté, le rapport des travaux de l’atelier sur la relance durable de la production cotonnière au Burkina Faso.

Les travaux de l’atelier sur la relance durable de la production cotonnière au Burkina Faso ont pris fin, le mercredi 13 mars 2019 à Ouagadougou. Des recommandations ont été formulées pour une meilleure prise en charge du secteur cotonnier.

L’atelier national sur la relance de la production cotonnière du Burkina Faso tenu du 11 au 13 mars 2019 à Ouagadougou a produit de nombreuses recommandations. Les trois journées de réflexions, d’échanges et de partages ont permis aux 450 participants de mettre aussi en place une stratégie cohérente afin de relever le défi de la relance durable de la production cotonnière au pays des Hommes intègres.

Ainsi, les participants ont proposé, entre autres, la mise à la disposition des producteurs de coton des engrais MPK SB et urée de qualité en quantité suffisante; la fourniture des pesticides de qualité pour assurer une bonne production phytosanitaire du cotonnier et le respect des itinéraires techniques dans toute sa dimension dont le retour du calendrier agricole.

A celles-ci, s’ajoutent la dynamisation du dispositif d’appui-conseils et la mise en place d’un système de suivi- évaluation de leurs activités, la subvention des intrants de coton, l’assurance des intérêts internes et externes des producteurs de coton pour les deux dernières campagnes ; la maîtrise du taux d’endettement des producteurs et la revue à la baisse du taux d’intérêt appliqué sur les crédits des intrants.

Le démarrage de la construction d’une autre unité d’égrenage dans la zone de Faso coton, le resserrement de la cohésion et de la confiance au sein des organisations productrices de coton et des sociétés cotonnières ont également été formulés. Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a rassuré les producteurs cotonniers que des dispositions, de la part du gouvernement, seront prises notamment en ce qui concerne la qualité des intrants (semences, engrais, pesticides), leur accessibilité et l’amélioration du prix d’achat du coton graine, en vue de créer des conditions favorables pour une bonne campagne cotonnière 2019-2020.

«D’ores et déjà, je puis vous indiquer qu’à la suite des concertations menées par le comité de haut niveau, les sociétés cotonnières s’engagent à contribuer financièrement, dans l’attente de l’appui de l’Etat, à l’apurement des impayés internes des producteurs», a-t-il ajouté.

Elélé KANTORO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.