Remise à plat des rémunérations

Le gouvernement s’est réuni, le samedi 4 mai 2019 à Ouagadougou, à la faveur d’un séminaire, pour examiner le dossier portant sur la rationalisation du train de vie de l’Etat et la remise à plat des rémunérations des agents de la Fonction publique.

Comment satisfaire les agents de l’administration publique, tout en maintenant l’équilibre des finances du pays ? C’est la principale question que se pose l’exécutif burkinabè dans le processus de mise à plat des rémunérations des agents de la Fonction publique. Ainsi, le samedi 4 mai 2019 à Ouagadougou, les ministres ont, au cours d’un séminaire gouvernemental, fait le point de l’évolution du dossier au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, en attendant de produire un document final prenant en compte les observations et les aspirations des différentes parties prenantes. Selon le gouvernement, le dossier qui est porté principalement par les ministres en charge de la fonction publique, Séni Mahamadou Ouédraogo, de l’économie et des finances, Lassané Kaboré, de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro et de la culture, Abdoul Karim Sango, évolue positivement. Pour le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, tous les aspects sont pris en compte et les recommandations qui émaneront des différentes rencontres et conférences vont permettre d’obtenir un document final de belle facture. Le chef du gouvernement a exhorté l’ensemble des partenaires impliqués dans ce dossier à prendre à bras-le-corps la procédure qui va contribuer à l’assainissement des finances publiques du pays. «Il nous importe de rationaliser les dépenses publiques», a-t-il dit. Le ministre en charge de la fonction publique a précisé que le séminaire s’est tenu à la demande du chef de l’Etat et a permis de restituer les résultats des travaux de la conférence nationale sur les rémunérations. «Le gouvernement a réaffirmé la nécessité de conduire le processus à bon port. Nous avons rencontré les partenaires sociaux pour recueillir leurs observations et nous resterons en contact avec eux jusqu’à l’aboutissement heureux du processus», a déclaré le ministre Séni Ouédraogo. Pour l’heure, le gouvernement affirme n’avoir pas fixé un calendrier pour l’aboutissement du dossier, mais envisage de finir avec cette opération le plus tôt possible. D’après le ministre Séni Ouédraogo, les structures syndicales qui ont pris part aux travaux de démarrage sont d’avis avec la mesure et ont fait des recommandations. «L’équipe technique continue son travail avec les OSC et les syndicats. Ce n’est pas une tâche aisée, car nous prenons en compte plusieurs problèmes dont certains remontent à 10 ans, mais je puis vous rassurer que tout se passe bien», a conclu le ministre porte-parole du séminaire.

Wanlé Gérard
COULIBALY
gerard_coul@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.