Congrès sur la miséricorde divine

Une délégation conduite par le cardinal de Bangui en Centrafrique, Dieudonné Nzanpalainga, est allée rendre compte des conclusions du 4e congrès de l’Afrique et de Madagascar sur la miséricorde divine au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le lundi 25 novembre 2019.

Au lendemain du quatrième congrès de l’Afrique et de Madagascar sur la miséricorde divine qui a pris fin le dimanche 24 novembre 2019 à Ouagadougou, une délégation conduite par le représentant du Pape, le cardinal de Bangui, Dieudonné Nzanpalainga est allée rendre compte au président Roch Kaboré la teneur des travaux. «Nous sommes venus répondre à l’appel qu’il
a lancé et surtout rendre compte du résumé de ce que nous avons fait, partager le fruit de nos réflexions et prières avec lui », a confié le cardinal Nzanpalainga. Pour lui, beaucoup de pays de par le monde vivent les mêmes problèmes que le peuple burkinabè, que ce soit l’insécurité, la pauvreté, la corruption,…Malgré tout, le cardinal a assuré que Dieu n’a pas oublié l’Afrique et que les religieux et messagers de Dieu sont venus réveiller l’espérance et dire aux uns et aux autres que tout n’est pas fini. « Il est encore possible de rebondir, et que pour cela, les gens doivent se mettre ensemble car l’espérance est permise », a ajouté le cardinal Nzanpalainga. Au président du Faso, il l’a rassuré des prières faites pour la paix et la réconciliation au Burkina Faso, mais aussi pour la conversion de ceux qui ont pris les armes afin qu’ils puissent les déposer. «Ils ne doivent pas regarder les autres comme des ennemis, mais des frères afin de bâtir un nouveau pays », a-t-il affirmé. Il a confié que les congressistes ont rendu visite aux malades dans des hôpitaux et aux déplacés internes.

Tielmè Innocent
KAMBIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.