Relance de l’économie nationale:100 milliards F CFA pour accompagner les entreprises

Le gouvernement a signé, le jeudi 16 juillet 2020 à Ouagadougou, une convention d’un montant de 100 milliards F CFA avec l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina Faso (APBEF-BF), en vue de relancer l’économie nationale, éprouvée par la maladie à coronavirus.

Les mesures annoncées par le président du Faso en avril 2020, pour soutenir la résilience de l’économie et favoriser sa relance, se sont concrétisées à travers un fonds de financement d’un montant de 100 milliards F CFA. La signature de l’accord de financement a eu lieu, le jeudi 16 juillet 2020 à Ouagadougou, entre le chef du gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré et le président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina Faso (APBEF-BF), Martial Goeh-Akue. Selon le Premier ministre, la COVID-19 a eu un impact négatif sur l’économie du Burkina Faso, avec comme effets induits, une réduction attendue du taux de croissance de 6,3% à 2% en 2020, des difficultés de fonctionnement pour les entreprises dans les différents secteurs d’activités. Il a indiqué que la prudence commandait au gouvernement, de prendre le temps nécessaire pour disposer d’un cadre structuré de financement et d’appui aux entreprises, intervenant dans les secteurs fortement affectés. « Au terme d’un processus largement participatif, un mécanisme de mise en œuvre du fonds de financement de la relance économique au Burkina Faso dénommé FRE COVID-19, régit désormais les interventions dudit fonds », a précisé M. Dabiré. Et d’ajouter que la mise en œuvre du mécanisme se fera selon quatre principes. Il s’agit de la transparence de la gouvernance, la complémentarité des interventions en vue d’éviter les doubles prises en compte des bénéficiaires, la contractualisation qui permet de bénéficier de l’expérience des structures existantes et la redevabilité à travers la production de rapports périodiques. « Le fonds de financement de la relance économique FRE COVID-19 sera alimenté par des ressources provenant du budget de l’Etat, de financements de partenaires et de contributions diverses », a-t-il clarifié. Par ce mécanisme, le président de l’APBEF-BF, Martial Goeh-Akue, a signifié qu’il s’agira de sauvegarder l’existant et de réinventer l’avenir, en finançant toute entreprise qui développe un nouveau projet rentrant dans le cadre de la revitalisation de l’économie post COVID-19. Il a convenu que la pandémie va continuer d’avoir des effets négatifs croissants sur les entreprises, tant du côté de l’offre de crédits que celui de la demande. « En dépit des mesures gouvernementales, le coût du risque des banques et les pertes de crédit, vont augmenter», a-t-il prévenu. Les interventions du FRE COVID-19, se feront essentiellement à partir de trois guichets, à savoir, le guichet Grandes entreprises (GE), Petites et moyennes entreprises/Industries (PME/PMI) et le guichet Très petites entreprises (TPE). Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, a fait savoir que sur la période 2020-2021, les banques vont apporter 50% et le taux de sortie de crédits sera à 4%. « Nous allons bonifier le taux d’intérêt, avec un instrument que nous avons mis en place à travers le fonds burkinabè de développement économique et social. Nous avons abondé 5 milliards F CFA, pour bonifier le taux d’intérêt», a-t-il dit. « L’argentier » Kaboré a affirmé que de manière générale, les prêts qui seront faits aux Grandes entreprises, seront à un taux de 4% et le même mécanisme de bonification du taux d’intérêt pour les autres entreprises va se faire à travers le fonds, couronné par un dispositif de gestion mis en place.

Afsétou SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.